Carnal Rapture – Demo 2004

1 Commentaire      949
Style: death techniqueAnnee de sortie: 2004

Je croyais être rassasié de metal italien depuis un moment déjà, avec Illogicist, puis Psychofagist, Ephel Duath et Wicked Innocence, sans parler des brillants HeavenIceDay (R.I.P.) que ce cher Luca m’a fait découvrir récemment. C’etait sans compter l’explosif 2 titres de Carnal Rapture qui fait chier par sa courte durée.

L’amertume se trace sur mes lèvres et mes veines pompent de leur toxique acidité après chaque attentive écoute de ces dix minutes de musique plus intenses que 90% de ce que j’ai pu avoir entre les oreilles depuis le début de l’année.

Carnal Rapture jouent et jouent très bien. Un peu mieux que ca même. Je n’avais eu un tel choc metallique (dans le genre) depuis la découverte de Spiral Architect en 99. Il m’est pour ainsi dire difficile de décrire se qui se passe pendant ces dix minutes d’une rare maitrise tant instrumentale que structurelle. Sans exagération ni affabulations scabreuses, il est ici question du plus réussi mix d’Atheist, Spiral Architect, Cynic, Spastic Ink, Coprofago, Coroner et Special Defects qu’il m’ait été donné d’avoir sur ma platine depuis un bon moment. Si celà ne vous suffit pas à vous faire une idée, permettez moi donc d’étayer la thèse avancée par une description aléatoire mais utile de cet innommable bordel chaotique organisé de main de maitre par un trio qui maitrise le sujet.

Des guitares acérées virevoltant ca et là dans les méandres de signatures à coucher dehors, auxquelles viennent délicatement se poser les lignes d’une basse à consonnances fretless qui feront penser par moment au boulot de Lars Norberg dans le Sceptic’s Universe de Spiral Architect, et une batterie aux relents jazzy de boucler la boucle. Sans parler des innombrables twists polyrythmiques qui ornent les deux titres, aussi bon l’un que l’autre. Technique? Quoi? Hein? Euuuh…

On se laissera surprendre par des layers de guitares très musicaux, parfois même acoustiques, sur une harmonisation assez osée que je vous laisserai le soin de découvrir, car il est bien question ici de découverte.

Pour éviter de m’emporter face à un tel effort, il est de rigeur de mentionner les accroches qui déchirent le tricot, comme ce son cru et casserolesque qui mériterait plus de basses dans le mix, et les cymbales qui résonnent comme les poeles de la pub des gnocchis à poêler de Lustucru (pas de pub, mais ils sont délicieux…)

Faudrait peut être s’intéresser à ce groupe maintenant…avec pas moins de 13 piges aux compteurs, et seulement deux ou trois démos, on peut pas dire qu’ils soient productifs, mais putain ce que ca sonne!

4/5

  1. next darkest dream
  2. collecting scars

Chroniqueur

OY C

"Sticking feathers up your butt does not make you a chicken." -- C.P.

OYC a écrit 42 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. krakoukass Krakoukass says:

    C’est bien vrai que les gnocchis à poêler sont super bons!! Miam!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *