Opus Dai – Tierra Tragame

6 Commentaires      1 477
Style: rock moderneAnnee de sortie: 2006Label: Double Blind Records

Les découvertes, c’est bien connu, se font souvent par hasard. On peut en effet au détour d’une affiche, d’un nom cité dans un magazine ou webzine lire quelques lignes concernant une formation qui y est qualifiée de talentueuse, dont les dites influences vous tapent à l’œil et qui plus est s’apprête à sortir son premier méfait dans la quasi-totale indifférence, les informations concernant cette sortie et le groupe étant très minimes. Je découvre qu’au départ le groupe se nommait OHM, première mouture qui pratiquait une espèce de rock progressif qui a rapidement évolué vers d’autres horizons, ainsi qu’un changement de nom.

Vous l’aurez compris c’est au hasard (par le biais d’un site américain, pour tout dire) que je fis connaissance avec ce qui nous intéresse ici, à savoir Opus Däi. Je lis que leurs influences se situent quelque part entre Jeff Buckley, Dredg, Tool ou encore Led Zeppelin. Et je dois dire que je ne peux être que d’accord avec cela, ce pêle-mêle d’influences étant remarquablement digéré pour être servi avec éclat tout au long des 12 compositions de ce Tierra tragame.

Les guitares n’hésitent pas à se montrer présentes aux détours de riffs tour à tour puissant, aériens, mélodiques (avec notamment la présence de solos) ou acoustiques, et il n’est d’ailleurs pas rare que l’on retrouve tout ce panel dans un seul et même morceau.
L’émotion est largement de la partie tout aux long de cet album alternant les humeurs mélancoliques, voire tristes (« Sleepwalk »), avec d’autres plus enjouées, positives.

Le chanteur n’est pas étranger à cela, ses sublimes lignes vocales fragiles, puissantes et parfois hurlées (pas toujours indispensables il est vrai, mais ne faisant absolument pas « tache » pour autant) étant suffisamment variées pour contribuer à élargir le spectre sonore du groupe. Pour situer, on peut le rapprocher de vocalistes tels Gavin Hayes (Dredg), Declan DeBarra (ex- Clann Zù) ou encore Maynard J. Keenan (Tool). Pas de mauvaises références en somme.
Les titres s’enchaînent parfaitement, un fil rouge semblant relier chacune des compositions dont ressort un sentiment de cohésion. En effet, quelques plages ressemblent plus à des interludes qui sont présentes ci et là et les titres suivant celles-ci semblent en reprendre le thème principal, renforçant alors cette impression d’homogénéité. Chaque titre possède son propre charme, son refrain tueur, certains proposent en leur sein des solos plein de feeling, et l’on sent chez ce groupe la volonté de proposer une musique réfléchie et particulièrement accrocheuse. Le groupe se montre très inspiré durant les ¾ h de son premier album, qui ne souffre d’ailleurs d’aucun temps mort ni de titres plus faiblards.

Bien que cet album nécessite plusieurs écoutes avant de pouvoir dévoiler sa substantifique moelle, le talent du groupe, lui, nous éclate en pleine face dès les premières écoutes. Cela avant que nos cages à miel ne se délectent de ce délicieux met, au combien prometteur, le plus naturellement du monde. Un conseil s’impose alors : amateurs des groupes cités dans la chronique, et les autres, n’hésitez pas à vous procurer cette galette, légalement ou non, car sachez qu’elle vous le rendra bien. Une véritable vague de fraîcheur et, surtout, une vraie révélation, voilà ce qu’est Opus Däi.

  1. embers
  2. firefly
  3. rain
  4. sora
  5. sleepwalk
  6. taken eye
  7. the front line
  8. ashes ashes
  9. nightingale
  10. populi
  11. step up
  12. bell christa
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

6 Commentaires

  1. dah-neir says:

    Je suis assez emmerdé par les passages en voix gueulés que je trouve inutiles sur cet album. Des morceaux comme Sora par exemple, que je rapprocherais d’un Life Of Agony dernière génération sont quand à eux fort bon.

  2. krakoukass Krakoukass says:

    Excellent album, perso je serais monté à 16 pour la note. A découvrir, ce groupe risque d’aller loin dans le futur…

  3. So says:

    Allez on écoute… bon première impression sur Bella Christa > le chant me surprend assez au tout début. En ce qui concerne le reste, pour l’instant ça passe bien :)

  4. So says:

    Bon ben c’est décidé faut que j’écoute le reste de l’album ! :)

  5. Monster says:

    C’est bien !

  6. Hatespherex says:

    Je vais pas revenir sur ce qui a été dit, …des riffs à foison, un chanteur avec une vocalise dredgienne et qui sait gueuler dans un micro…
    Rock’nroll Baby !!! très bon album

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *