A Life Once Lost – Iron Gag

Pas de commentaires      1 126
Style: metal Annee de sortie: 2007Label: Ferret

A Life Once Lost est taxé de plagieur depuis son premier album sur lequel on a beaucoup dit que la ressemblance avec un groupe de metalcore allemand nommé Heaven Shall Burn était plus que flagrante. Puis c’est sur les plate-bandes de Meshuggah qu’on a accusé les américains de s’aventurer dès leur 2ème album A Great Artist. Ce même constat s’appliquait à Hunter, 3ème album du combo américain.
Mais inspiration ou pas, il faut bien reconnaître que ce Hunter fort de compos puissantes et de ce mélange entre rythmiques syncopées effectivement meshuggesques et d’un son très sudiste rappelant Pantera, avait de vrais arguments de séduction.

J’avais moi-même complètement succombé aux charmes de cet album (cf chronique sur Eklektik). J’attendais donc impatiemment ce nouvel album, et contrairement à beaucoup, je n’aurais pas été contre retrouver le groupe pratiquer le même mélange que sur Hunter. Ce n’est malheureusement plus à l’ordre du jour puisque le groupe semble aujourd’hui avoir quasiment complètement (certains titres trahissent quand même encore quelques traces de cette influence comme « Others Die » ou surtout « Silence) éliminé de ses influences celles jugées trop encombrantes des géniaux suédois.

L’influence sudiste n’a heureusement elle pas disparu, et elle est même encore plus présente puisque c’est Randy Blythe de Lamb Of God qui s’est chargé de la production de ce gag de fer et que le groupe de Blythe est déjà bien connu pour avoir d’une certaine façon repris le flambeau de Pantera et imprimé cette marque texane sur sa musique.
Le problème c’est que A Life Once Lost, va une nouvelle fois être taxé de plagiat, cette fois à l’encontre de Lamb Of God. Et on ne pourra pas blamer les détracteurs du groupe tant l’« influence » est malheureusement un peu trop présente. C’est vraiment dommage, car Lamb Of God fait déjà suffisamment bien du Lamb Of God et A Life Once Lost avait tout de même produit un mélange américano-suédois finalement pas si inoriginal que ça, et en tout cas foutralement efficace.

J’ai beau aimer Lamb Of God, je ne vois pas du tout l’intérêt d’un ersatz du groupe de Blythe. Même si vocalement Robert Meadows est toujours aussi brillant avec ses vocaux agressifs extrêmement puissants, et malgré certains titres très réussis quand même ( « Firewater Joyride », « Destest » ou « All Teeth »), la lassitude s’installe très vite au fur et à mesure que les titres défilent et l’envie de se remettre l’excellent Hunter finit par démanger de plus en plus… C’est d’autant plus vrai que certains titres sont au contraire assez foireux : preuve dès le troisième titre (« The Wanderer ») qui se veut plus posé et s’avère finalement vraiment pénible (ce qui n’est pas le cas de « Pigeonholed » qui tape dans le même créneau avec plus de réussite). Idem pour « Meth Mouth » et son refrain douteux…

Bref tout cela sent fort la déception. Iron Gag n’est certes pas un mauvais album, mais il ne correspond vraiment pas à ce que j’attendais de A Life Once Lost. Et quitte à écouter du Lamb Of God, j’aurais plutôt tendance à me passer un album de… Lamb Of God. Bah ouais logique.
Conclusion : Iron Gag est tout sauf un achat indispensable faute de quoi il ira probablement rapidement prendre la poussière sur les étagères…

  1. firewater joyride
  2. detest
  3. the wanderer
  4. worship
  5. all teeth
  6. meth mouth
  7. masks
  8. pigeonholed
  9. others die
  10. silence
  11. ill will
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 945 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *