Tekhton – Summon the Core

7 Commentaires      1 359
Style: doom funéraire marinAnnee de sortie: 2007Label: The Church Within Records

Il n’y a qu’à regarder cette pochette…

Tekhton aurait pu être un groupe insulaire, un de ces fantômes habitant un de ces cailloux perdus dans les mers du Nord mangés par l’oubli et le croc des vagues, dessinant dans l’âpreté et la dureté de ses conditions climatiques, comme un Kyuss perdu dans son désert, le rock’n’roll de son quotidien d’abandonné.
Car cela saute aux oreilles Tekhton n’a rien d’hollandais, si tant est que l’on puisse expliquer l’origine par le genre pratiqué…

Summon the Core nous invite dans un paysage marqué par les embruns, un paysage maritime riche de textures grasses et de roulis mécaniques pour mieux nous bercer du creux des vagues qu’il actionne de son doom charnel et organique.
Il y a cette force naturelle chez ce groupe, cette puissance minérale qui évoque dans le jeu de sa production très claire la force du voyage en haute mer et sa nature pendulaire.
Les vagues ont beau venir se fracasser sur la proue du navire et se jouer de lui comme d’un jouet léger et fragile, les creux ont beau dessiner de gigantesques et parfaits monstres au sang salé, l’équipage reste accroché à sa mission comme la moule à son rocher.

Entamés par les litres de whisky et de rhum les pirates bataves nous invitent sur leur goélette à parcourir le spectre d’une aventure riche en émotions, c’est le regard alcoolisé que le capitaine scande des comptines en fixant l’horizon pendant que les lames déchirent les voiles et que les éclairs frappent les crêtes des falaises aquatiques.
Tous les éléments de cette aventure spectrale sont reproduits par des choix musicaux judicieux, on évitera donc les surplus au niveau de la mise en application, la restitution se fait sans fards, c’est un service pur jus que l’on se prend dans la gamelle.
Ici le son est cru mais autorise une certaine rondeur, on se mange un peu du vintage Sabbathien dans les dents sans tomber dans la caricature oisive, juste que le groove a pris du poids en ralentissant l’allure et arbore fièrement ses cicatrices.

Le navire, lui, file et zigzague loin des calanques dans le crépitement des yeux de Neptune vers ses certitudes, bravant et frôlant la mort à chaque instant, et la mort il en est question bien souvent dans ce disque…
Bien plus qu’un rapport ésotérique et mystique à la faucheuse Tekhton a opté pour une approche certainement plus littéraire et romantique de ce thème laissant à Hugo la primeure de la première écume d’un Oceano Nox mais fatalement poussé par le même Zéphyr quand il s’agit de dépeindre l’évanouissement des équipages dans ce morne horizon dont personne ne revient…
D’ailleurs on peut remarquer cet attachement à cette contextualité littéraire avec le texte d’un « Terrors in the whale » adaptation libre d’Herman Melville et de son Moby Dick , l’aventure narrative est constitutive de cette orientation marine dans la chair et dans le bois du disque, ce n’est plus une supposition mais bien une volonté équivoque de traiter frontalement cette vision d’océanographe exalté.

Summon the Core aurait pu être une redite, l’Oceanic d’Isis a déjà taté de son rouleau immersif la nature du tube et les germains d’Ahab ont déjà jeté l’ancre avec The Call Of The Wretched Sea, difficile d’exister à côté de ça.
Et pourtant avec ses armes Tekhton s’ouvre le chemin vers les plages élyséennes, son rock granuleux, son aventure épique, et sa narration singulière vogant entre post rock et doom traditionnel/funéraire en font un de ces monuments du paysage doom actuel.
Premier album de Tekhton et déjà un classique parmi les classiques, l’aventure se savoure d’une traite depuis son ouverture et le rock poisseux de son « Days of Doom » en passant par la mer huileuse et instrumentale de « 031045 » ou de la comptine inoubliable « It is death », le retour dans les gencives est effectif;on sent que « Summon the Core » a beau être le premier album de Tekhton en tant que tel, derrière ça la bande de corsaires en a sous le coude et a bien appris des séances de travail avec les projets annexes plus anciens ou toujours d’actualité.

Summon the Core est un album brillant, une pépite qui ne demande qu’à passer l’oral et vous offrir une rasade d’un spiritueux en devenir, à laisser vieillir à la cave ça n’en deviendra que meilleur, mais déjà c’est un grand cru alors pourquoi s’en priver?

 

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

7 Commentaires

  1. Arnaud says:

    Je ne sais plus qui avait parlé de ce groupe sur le forum mais ça ne m’avait par marqué plus que cela alors que aujourd’hui c’est tout le contraire. La chro met bien en évidence l’ambiance qui se dégage. Il y a une sacré profondeur, en s’enfonce petit à petit et c’est juste excellent.
    Faut que j’arrive à le trouver maintenant. Merci Guim.

  2. guim says:

    Je te conseille de passer par là http://www.doom-dealer.de/sites/start.htm histoire de grouper les commandes parce qu’à la rigueur je te conseillerais volontiers au passage l’achat du Spancer ;)

  3. davetheslayers says:

    ca donne envie ca : P jvais esaiiler de le trouver pour voir si ca me plait et poster un comentaire apres

  4. damien luce says:

    Ca donne sacrement envie, et merci poru le lien de doom dealer

  5. cyrod says:

    Yep, je ne m’en lasse pas, il tourne et retourne en boucle et en reboucle. Album magnifique.

  6. C.Bobbie says:

    Merci pour la découverte. A ce niveau là ce n’est plus de la musique. C’est autre chose, une forme indéfinissable. L’ambiance est puissante, le paysage est rugueux, la claque est appuyée. La première écoute vous laisse assommé. Une réaction pavlovienne pousse votre index à presser de nouveau le bouton « play » de votre lecteur.

  7. Faya says:

    Un album qui se savoure avec le temps. Excellent car il y a une thematique, une force derrière ces gros riffs. L’univers de la piraterie et des monstres marins est une référence évidente; à écouter au bord de la mer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *