Boulet – Notes 1 – Born to be a larve

Pas de commentaires      1 321
Annee de sortie: 2010

« Boulet, Boulet… Mais qui est Boulet? » me direz-vous. Sous ce doux surnom se cache le responsable de divers méfaits dans le domaine du 9ème art tels que Ragnarok, Le Miha (non pas la danse des années 80 portée aux nues par IAM), La rubrique scientifique, Donjon, j’en passe et des meilleurs. Quelqu’un de fort occupé donc.

Mais ça ne semble pas suffire à cet agité du crayon. Car depuis la date historique du 26 juillet 2004, il nous abreuve de Notes régulières sur son blog BD (http://www.bouletcorp.com/blog/). Coups de cœur, coups de gueule, tranches de vie tantôt drôles, tantôt poétiques que le dessinateur met en scène avec un talent certain pour la chute suivi d’un éclat de rire. Ne résistez pas, il vous a déjà certainement valu ou vous vaudra de toutes façons les foudres de votre responsable découvrant avec horreur les ravages d’Internet sur la productivité de son service et donc sur sa prime de fin d’année.

Boulet en plein processus créatif aux Jardins du Luxembourg – Part I

Mais il y a plus grave… vous allez aussi pouvoir vous marrer pendant vos pauses aux toilettes puisque paraît aujourd’hui le premier recueil de ces Notes sur papier. Un bien bel ouvrage en format A5 à la présentation soignée. Le père Boulet ne se fout pas de son public, car une fois en main c’est près de 200 pages de rire qui vous attendent. De l’action avec Boulet contre la SNCF, du suspens avec Boulet contre les vendeurs de chez Surcouf, du frisson avec Boulet contre la raclette mutante, de l’exotisme avec Boulet en Corée, du sexe avec Boulet aux Beaux Arts… et la liste est longue.

Boulet en plein processus créatif aux Jardins du Luxembourg – Part II

Si vous êtes un visiteur régulier du blog, il est probable que vous connaissiez déjà pas mal de ces aventures. Il n’empêche que rien ne remplace l’objet que l’on tient entre ses mains, que l’on peut emmener partout avec soi, que l’on ne quitte pas, ne le quittez pas, il faut oublier, tout peut s’oublier, qui s’enfuit déjà… Bref. Loin d’être un fumiste, notre héros roux préféré (Évidemment, il ne s’agit pas de celui auquel vous pensez, bande de Spirouphiles hystériques
!) y a ajouté pas mal de pages inédites. Cette trouvaille habile permet de donner de la cohérence à cette succession de planches puisque le dessinateur y commente ou poursuit l’histoire entamée dans une Note.

Boulet se prend pour le père Damien Carras

L’art étant souvent une question d’affect, je n’avais pas découvert de personnage aussi attachant depuis ma délicieuse plongée dans les pages de Franquin, Gotlib ou plus récemment Tronchet avec son Jean-Claude Tergal. L’aspect autobiographique des Notes n’y est certainement pas pour rien mais il ne fait pas tout. Boulet manie l’autodérision sans nombrilisme, la fantaisie sans niaiserie et le mordant sans méchanceté.

Boulet contre le système (d’exploitation)
Vous l’aurez compris, il vous faut acquérir cet ouvrage. Pour les addicts du blog, une manière sympa de renvoyer l’ascenseur à un mec qui sue sang et bière pour nous faire marrer ou rêver au boulot (et aussi à la maison les jours de congés). Pour ceux qui ne connaissent pas, une bonne manière de découvrir l’univers de ce garçon souvent bourré (de talent). Vivement la suite!

Chroniqueur

alchemist

Chroniqueur inter mi-temps, amateur de chats, de Metal mélodique sous toutes ses formes, de fromages de caractère, de bons bouquins, de radios intelligibles... et de zombies.

alchemist a écrit 99 articles sur Eklektik.

Up Next

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *