Dogra Magra de Yumeno Kyusaku (édition Picquier)

Pas de commentaires      1 130
Annee de sortie: 2010

Introduire un livre par plusieurs pages d'éloges est extrêmement risqué. D'autant plus quand ces mêmes éloges s'alourdissent de menaces sur la capacité du scénario à transcender les genres et mener le lecteur en bourrique. Le lecteur a donc comme réflexe d'être pris au défit et de trouver le moyen de faire mentir l'auteur de l'introduction. Me rendant moi-même coupable de ce pêché, je tiens donc à vous faire comprendre que Dogra Magra n'est certainement pas un livre dont l'intrigue se découvre aisément.

Le but n'est de toute manière pas de deviner l'identité du tueur avant le héros mais de se laisser prendre au jeu de l'auteur, en se perdant les dédales de son univers, abandonné dans l'enfer des fous. Le protagoniste lui-même est déjà perdu dans cet enfer. Dans un hôpital psychiatrique, il se réveille sans aucun souvenir de sa propre identité. Lavé, habillé et confronté à de nombreux éléments de sa vie passée, un médecin tente de l'aider à lui faire revenir à la mémoire sa vie et son identité. Rien n'y fait. Il est donc invité a découvrir un manifeste. Ce manifeste, écrit par un professeur qui s'est suicidé il y a un mois et composé de nombreux éléments différents. Une complainte récité à travers le pays sur l'enfer que vivent les malades mentaux , des interviews donnés à la presse, son mémoire de fin d'étude qui fut sujet à une grande controverse et enfin, les circonstances d'un meurtre mystérieux que ce même professeur compte résoudre grâce à sa théorie psychiatrique de l'hérédité psychologique.

Confus ? Vous le serez. On se perd aisément dans les huit cent pages de ce roman. La vie et la logique des fous suinte de ces pages et vous contamine comme un virus pour que vous-même vous perdiez tout repère et toute logique. Rien n'est simple alors que pourtant est évident. La vérité est dans les premières pages, caché au détour d'une phrase. L'introduction le promet, je me joins à celle-ci tout en sachant que vous vous perdrez vous aussi. La seule solution est de ne pas lire ce roman. Perdre l'occasion de perdre la raison. Serez-vous assez fou pour commettre un tel acte ?

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *