À rebours

4 Commentaires      1 286
Annee de sortie: 1884

Au début fût le style. Celui du seul et unique personnage principal tout d’abord, Des Esseintes, qui afin d’échapper à une société trop grossière pour lui, se cloître dans la solitude d’une demeure fantasmagorique où il expérimente son « art de vivre ». Style littéraire aussi et surtout, d’une richesse linguistique inouïe, travail d’orfèvre halluciné qui porte l’œuvre de bout en bout à travers cette écriture nerveuse et jubilatoire.

On se heurte ainsi à des descriptions d’une méticulosité vertigineuse lors des soliloques de Des Esseintes: peinture, art floral, musique, littérature, les œuvres d’art sont décortiquées, analysées, encensées parfois. Et rarement critiques n’auront ainsi été revêtues d’une telle robe poétique. Rêveur, incisif, acerbe ou liturgique, Huysmans aborde par le biais de son vrai-faux double Gustave Moreau et Flaubert, Schubert et Baudelaire. Les références sont innombrables, à tel point que l’on se perd dans ce cataclysme fuligineux de noms. Mais qu’importe, car hormis la beauté purement stylistique de ces pages, c’est la névrose de Des Esseintes qui surgit sous cet océan de culture, sous cette obsession esthétique recherchée et subie, nécessaire et néfaste. Extirpé du naturalisme de Zola, Huysmans explore cyniquement les tréfonds de l’âme, les signaux de la décadence, les reliefs de la folie par cet acerbe portrait de son « Mr Hyde », expiant son mal. Car même gonflé d’élitisme méprisant et de réflexions savantes, c’est d’un véritable malade dont il est ici question. Fuyant l’ennui de la banalité par des plaisirs infiniment subtils, lorgnant vers l’irréel, Des Esseintes est inexorablement rattrapé par les effluves de parfum réalistes des rêves qu’il crée de toutes pièces.

Toute action est bannie, sinon celle de substituer le rêve de la réalité à la réalité même. Ultime étape de fuite, de réclusion, de rejet. Dans son exécration de la société et de sa décadence, Des Esseintes construit sa propre perte, sa propre déliquescence. Quant à son créateur, capable contrairement à sa projection d’au moins un acte salvateur, celui d’écrire, il en tirera un deuxième, celui de croire.

Up Next

Sur le même sujet

4 Commentaires

  1. Je pense souvent à ce bouquin et son héros, cet espèce de Bouvard / Pécuchet dandy, insupportable… et je suis persuadé que toute personne ne serait-ce que mélomane tombera un jour dans le nihilisme et la misanthropie de Des Esseintes. Lecture rigoureusement indispensable.

  2. Ennoia says:

    Bien contente de lire un article sur ce livre! Très bonne lecture tant du point de vue du style que des réflexions livrées. Un classique sans conteste.

  3. Angrom angrom says:

    J’ai beau relire l’article, j’ai du mal à comprendre de quoi parle le livre. A priori c’est normal

  4. darkantisthene says:

    Je me suis emmerdé à un point… à la lecture du bouquin hein :D Des pages et des pages de descriptions « érudites », on frôle le risible, parfois, tellement c’est pesant, ampoulé, circonstancié ; je ne retrouve absolument pas le côté poétique auquel tu fais allusion, les évocations multiples de sentiments relèvent plutôt de l’encyclopédie, je ne sens aucun souffle. Lecture éprouvante, quelle déception. Ah et pour ceux qui souhaitent tenter leur chance, ne jamais lire une seule page sans un dictionnaire à côté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *