Ted Maul – White Label

1 Commentaire      1 251
Style: death drum and bass metalAnnee de sortie: 2007Label: Raise The Game

The League of Gentleman ou les Monthy Pythons ont en commun d’être des séries anglaises absurdes et hors normes capables de parler du pire et du meilleur avec un regard toujours complètement décalé. Ted Maul, groupe de death metal anglais dont le nom provient de The Day Today, une émission satirique anglaise (The Colbert Report avant l’heure si j’en crois la description de la page wikipedia), a une attitude similaire vis-à-vis de leur genre attitré. Leur objectif premier était de produire du death metal sur lequel on pourrait danser. Absurde pour un genre dont le but était de produire le son le plus intense et le plus terrifiant possible mais finalement pas si étonnant que ça en l’état actuel des choses. Tout se croise, se marie avec plus ou moins de bonheur donc pourquoi ne pas croiser le death metal et la drum and bass pour atteindre l’orgasme. Merci mille fois, c’est donc aujourd’hui chose faite.

Foncièrement death metal avant d’être électronique, les rythmes et les nappes de clavier ne font toutefois pas de la figuration et apparaissent au premier plan dès le début de « Forest … with this memory of a free festival ». Le titre indique déjà que l’on ne va pas parler de zombie, de cannibales ou de rituels mais de préoccupations plus terre-à-terre ancrés dans les expériences personnelles du groupe. Ted Maul invite son public a faire la fête au son d’une musique gonflée de rage et d’énergie sans perdre de vue la folie qui gorge le groupe d’un fluide bien différent du reste de ses contemporains.

La rencontre des deux univers musicaux se fait donc sous la forme d’un accompagnement rythmique échappant ainsi à la brutalité mécanique moderne en effectuant une déviation vers des vibrations et des explosions futuristes. Ted maul a regardé dans le futur et vu, non pas une armée de robots, mais des hommes augmentés de parties mécaniques qui emploient la technologie à leurs fins. White label est le résultat de cette vision, futuriste et moderne, violente et presque festive mais jamais conceptuelle ni obscure.

« Entre Roni Size et Devourement« . Je ne pense pas que ce sticker fera vendre beaucoup d’exemplaires de White label aux fans des deux artistes. Ted Maul est un groupe d’iconoclastes bien trop frappés pour plaire à un large public mais c’est aussi pour cela qu’ils sortent du lot et ont une chance de se faire remarquer. Je prie donc que ce paradoxe vous incitera à porter une oreille vers leur musique. Pour cause, Game Records est un label crée par le groupe pour distribuer leur musique après que toutes les offres aient été épuisés. Encore un groupe destiné à devenir culte après leur séparation ? Ils tournent encore aujourd’hui donc peut être y-t-il un espoir pour que ces six timbrés ne se rendent pas compte que tout est peut-être perdu et continuent vaille que vaille. La suite sera sans aucun doute tout aussi intéressante.

  1. forest…. with this memory of a free festival
  2. spherical lie
  3. unconditional dejection
  4. gutting the reason
  5. …and we tolerate the sickness
  6. extricate the macrocosm
  7. the high commissioner
  8. six days
  9. a plan to rob the soul
  10. 2000db’s down
  11. a catalogue of wasted opportunities
  12. los mas negativo
  13. for the innocent

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. cava76 says:

    LA référence du deathcore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *