Daggers – Neon Noir Erotica

Pas de commentaires      911
Style: noise/post-hardcore alcooliséAnnee de sortie: 2020Label: Throatruiner RecordsProducteur: Laurent Eyen

Il aura fallu six longues années pour que Daggers sorte enfin un successeur au très bon It’s Not Jazz, It’s Blues ! Très occupés par leurs projets parallèles (Necrodancer, Cocaine Piss ou encore Deathmaze), les belges étaient donc attendus au tournant et pas de déception à l’horizon, ce Neon Noir Erotica poursuit dans cette atmosphère singulière entre groove et gueule de bois.

La puissante voix de Grégory Mertz est une fois de plus ultra rauque, dégageant une aura très spéciale quelque part entre désenchantement et râles post-bringue alcoolisée (avec de surprenantes mélodies chantées sur « Cultural Blight » ou « Wild Blue Yonder »). Il accompagne toujours ces riffs de guitare, tout aussi malades et obsédants, appuyés par une basse et une batterie syncopée en accord bien gras.

Même sans jazz, on retrouve sur ce Neon Noir Erotica toute la noirceur urbaine que l’on connaissait chez les belges. La crasse y est encore prépondérante, dégageant des vapeurs de tripots mal famés (« Nerveweb » et ses inquiétantes harmoniques) avec sa perception un peu brouillée (« Dreadnaught » qui fait se succéder riffs rampants et accélérations plus urgentes), ce nouvel album sonne comme une divagation hypnotique, qui attaque parfois comme une sale migraine persistante (« Pipe Dog » aux spoken words entêtants qui exploseront en vol lors d’un pont bien nerveux) puis qui redescend dans des phases plus simples d’accès (« Harvester » aux mélodies plus accrocheuses pour un titre qui finira de manière bruitiste, ou le final « Eschewal », acoustique de grande classe permettant de retrouver ses esprits).

Neon Noir Erotica est un album à la fois bourru et malsain mais qui cache une certaine sensibilité derrière sa bouche pâteuse. Un album passionnant à écouter de nuit, que votre esprit soit embrumé ou non.

  1. Black Allay Sacrament
  2. Cultural Blight
  3. Wild Blue Yonder
  4. Loather
  5. Nerveweb
  6. Pipe Dog
  7. Widow Maker
  8. Dreadnaught
  9. Racer
  10. Obscurantist
  11. Harvester
  12. Eschewal

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *