Record Setter – I Owe You Nothing

Pas de commentaires      99
Style: emo/screamoAnnee de sortie: 2020Label: Topshelf Records

I Owe You Nothing est le troisième album (après Dim en 2014 et Purge en 2017) pour Record Setter, quartet originaire de Denton, Texas. Je n’avais jamais entendu parler de ce groupe auparavant mais étant donnée leur signature sur le très bon Topshelf Records (toe, Suis La Lune, The Saddest Landscape etc.) et leur cover plutôt originale, je me suis lancé dans l’écoute de ce nouvel album. Et j’ai plutôt bien fait car nous avons là une très belle révélation !

Mélangeant emo/screamo avec quelques influences indie. Le mélange de genres peut paraître peu évident et paradoxalement tendance à la fois, or Record Setter va démontrer sur ce nouvel album que variété rime avec créativité et personnalité (oui). Ainsi c’est le visage le plus incisif qui ouvre I Owe You Nothing, les titres sont courts et les vocaux rappellent pas mal ceux de Jeremy Bolm de Touché Amoré. Pourtant musicalement, le groupe texan varie assez son propos pour que la ressemblance ne reste qu’anecdotique.

Les émotions s’enchaînent donc entre passages abrasifs à la limite de la rupture et mélodies parfois plus douces pas loin du post-rock (« A Portrayal » ou « An Impression » où vocaux déchirants sont accompagnés de mélodies délicates). On va même parfois plus franchement du côté de l’emo lors de titres comme « An Explanation » ou « Future Tense », voix plus posée, rythmique apaisée, on se laisse envahir par un autre type d’émotions, toutes aussi efficaces que pendant leurs phases énervées.

Bref, on tient là un très bel album aux humeurs changeantes, introspectif et poignant du début à la fin. Chaudement recommandé aux amateurs de Touché Amoré, My Fictions et de The World Is A Beautiful Place & I Am No Longer Afraid To Die.

  1. Someplace
  2. Sometimes
  3. Humus
  4. Present Tense
  5. A Portrayal
  6. An Impression
  7. An Explanation
  8. Rigor Mortis
  9. Reprise
  10. Future Tense
  11. Fall And Fall

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *