Latest Content

Touche Amore – Lament

Après un album aussi plombant et émotionnellement intense que l’excellent Stage Four, il était délicat pour Touche Amore de réitérer l’exploit avec son nouvel album, et sans surprise ce Lament s’avère qualitativement un poil en-dessous de son grand-frère tout en restant, pas de panique, très satisfaisant. On retrouve avec plaisir la même recette que maîtrisent désormais à la perfection les américains emmenés par leur si expressif chanteur Jeremy Bolm et l’album commence d’ailleurs très bien avec « Come Heroine » et le morceau-titre bien puissant et tout aussi désespéré que les meilleurs titres du précédent album, de même que « Feign » dont [...]

Mini-chroniques de fin d’année, la première vague…

La fin de l’année approche à (trop) grands pas et force est de constater que de nombreux albums de l’année 2020 ne figurent pas (encore) sur votre webzine favori. Manque de temps ou d’inspiration (voire les deux), voici quelques oubliés/découvertes de 2020 valant le détour sous forme de mini-chroniques. Et comme on dit pour le covid, il y aura d’autres vagues bientôt, prenez soin de vous !

Record Setter – I Owe You Nothing

I Owe You Nothing est le troisième album (après Dim en 2014 et Purge en 2017) pour Record Setter, quartet originaire de Denton, Texas. Je n’avais jamais entendu parler de ce groupe auparavant mais étant donnée leur signature sur le très bon Topshelf Records (toe, Suis La Lune, The Saddest Landscape etc.) et leur cover plutôt originale, je me suis lancé dans l’écoute de ce nouvel album. Et j’ai plutôt bien fait car nous avons là une très belle révélation !

Lorne Malvo – S/T

Amateurs de films des Frères Coen ou de séries un peu plus récentes, vous aurez peut-être fait le rapprochement avec le nom de ce jeune groupe. Lorne Malvo est en effet l’un des personnages de Fargo, mais surprise, le groupe n’est pas originaire du Dakota du Nord comme la ville, mais du Mans. Pour son premier EP, les manceaux ont mis en ligne ça gracieusement sur Bandcamp en mai dernier avant de se faire repérer par le très bon Zegema Beach Records, l’occasion de mettre en lumière l’une des meilleures sorties screamo de l’année…

Tuscoma – Discourse

Découvert en live lors de leur tournée européenne en compagnie de Chaviré (très bon screamo nantais), Tuscoma est un duo néo-zélandais qui m’avait alors fait forte impression. En effet, la puissance dégagée sur scène était alors impressionnante, notamment celle du batteur qui frappait si fort que les premiers rangs recevaient des morceaux de cymbales sur la tête (ça surprend !). Deux ans plus tard, les deux gaillards viennent donner une suite à leur prometteur début Arkhitecturenominus (2018) en redéfinissant à leur guise le post-black metal.

Infant Island – Beneath

Un petit mois à peine après avoir sorti son inattendu EP Sepulcher, Infant Island fait son retour en long-format. Beneath est donc le second véritable album du groupe de Fredericksburg après son éponyme sorti en 2018, et comme aperçu sur son EP, le screamo n’est plus si « traditionnel » et se pare à de multiples reprises d’expérimentations, quelque peu déstabilisantes…

Mahria – Analemma

Mahria n’est plus, le groupe d’Edmonton (Canada) a en effet splitté pendant la réalisation de ce Analemma en 2013. Laissées en plan, ces dix ultimes compos ont ainsi été compilées sur cet album, sorti dans un premier temps en 2017 (toutes les ventes ayant été données à des œuvres de charité) avant de connaître une réédition cette année chez l’excellent Zegema Beach Records.

Shakers – I Need You To Know

Premier album pour les allemands Shakers et comme leur nom l’indique, les promesses d’être un peu secoué tiennent ici. En effet, le groupe Wiesbaden distille un son à mi-chemin entre emo, screamo et post-hardcore, soit un concentré d’émotions désespérées qui parleront forcément aux amateurs de ces genres.

Viva Belgrado – Bellavista

2020, année du screamo ibérique ? Je vous avais parlé de l’imminence de la sortie du nouveau Viva Belgrado dans ma chronique du dernier album de leurs compatriotes Boneflower, et voici donc quelques mois plus tard Bellavista, disponible comme ses prédécesseurs à prix libre sur Bandcamp.