Latest Content

Gillian Carter – Salvation Through Misery

Groupe phare de la scène screamo US bien installé depuis ses débuts en 2005, Gillian Carter est aujourd’hui (le line up ayant évolué au cours des années) un groupe floridien composé de Logan Rivera (chant/guitare/harmonica) et de Robert Caruso (basse). Pourtant assez peu connu par les amateurs, le groupe d’Orlando a au fil des albums proposé une musique de plus en plus viscérale et de plus en plus sombre, ajoutant une coloration métallique à leur screamo (des influences confirmées par les tshirts portés sur les photos promos où l’on peut apercevoir notamment un Tomb Mold). Salvation Through Misery poursuit [...]

Nionde Plågan – Transformation

Au sein de la scène screamo nordique, la Suède a toujours connu une place à part avec des groupes phares tels que Suis La Lune, Shirokuma ou bien Vi som älskade varandra så mycket (dont j’espère vivement un nouvel album très bientôt !), Nionde Plågan semble apparaitre comme un outsider s’affranchissant des codes du style. Auteur auparavant d’albums hautement respectables pour qui apprécie le screamo coulé dans le post-hardcore qui aime les phases ralenties et atmosphériques (Frustration puis Reflektion), le groupe de Stockholm poursuit donc son bonhomme de chemin avec ce Transformation.

Gros Enfant Mort – La Banalité du Mal

One-man band originaire de Poitiers, Gros Enfant Mort aurait pu être de la famille de Grand Corps Malade mais il n’en est rien (?). Quoi qu’il en soit, le multi-instrumentiste caché derrière ce projet au nom farfelu n’en est pas à son coup d’essai puisque La Banalité du Mal est son second album (après un S/T datant de 2019), il puise à nouveau ses inspirations au travers de différent(e)s courants/scènes affilié(e)s au hardcore pour en livrer ici une version déchirante.

Nouns – While of Unsound Mind

Très actif à ses débuts avec plusieurs splits et albums entre 2013 et 2014, Nouns a fait ensuite une pause durant de longues années avant de repointer le bout de son nez l’an dernier avec un court EP (Lonely Place Of Dyin) puis ce While of Unsound Mind. Et si le quartet de l’Arkansas est particulier dans son rythme de sorties, il l’est encore plus en ce qui concerne le contenu de ce nouvel opus. Veuillez bien attacher vos ceintures !

Piri Reis – Ritma

Tirant son nom d’un fameux cartographe ottoman du XVIème siècle, Piri Reis est une formation d’un pays assez peu en vue niveau musique: la Malaisie. Ce quintet est actif depuis déjà quelques années, ayant sorti quelques splits avec Coma Regalia ou Child Meadow, ce qui a créé une petite émulation dans le milieu screamo/emoviolence, si bien que Ritma, leur premier véritable album, sort conjointement chez Moment Of Collapse Records, Zegema Beach Records, React With Protest Records et Framecode Records (si ce dernier, local, n’est pas très connu, les trois autres sont des labels références pour les amateurs du genre).

Wormrot – Hiss

Hasard du calendrier (ou pas ?), c’est juste avant la sortie de son nouvel album que Wormrot a annoncé le départ de son chanteur Arif et de la manageuse du groupe (pour des raisons qui leur sont propres). C’est donc un sentiment un peu étrange qui nous parcoure avant d’entamer ce Hiss, premier album en six ans pour le groupe (après Voices – 2016), un peu comme la fin d’un chapitre avant un hypothétique nouveau départ ?

Flesh Machine – Pray To The Hive

S’il y a des amateurs de deathcore alléchés à la vue du logo de Flesh Machine, ils peuvent tout de suite quitter cette chronique car ce jeune groupe venu de Richmond (Virginie) n’en joue point. Au menu de ce Pray To The Hive, on a en réalité un mix de screamo, noise et post-hardcore joué par un tout jeune trio.

Thin / The Wind In The Trees – Split

Jeunes valeurs montantes de la scène mathcore US, Thin et The Wind In The Trees ont une affection particulière au chaos et à l’imprévisibilité. Leur petite réunion prédestinée prend donc vie chez un expert en la matière, l’excellent Twelve Gauge Records à qui l’on doit des sorties de Heavy Heavy Low Low, Sabertooth Zombie ou encore plus récemment le premier opus de For Your Health.

Crossed – Morir

Deux ans après l’avoir découvert sur le très bon Barely Buried Love, Crossed daigne enfin lui donner une suite. Le quartet madrilène en a toujours sur le cœur et possède encore du soufre en réserve. Avec son titre explicite, Morir est une célébration plus que sauvage de la mort, bardée de stridences et de cris décharnés.