earthtone9 – In Resonance Nexus

Pas de commentaires      128
Style: Metalcore alternatifAnnee de sortie: 2024Label: Candlelight RecordsProducteur: Lewis Johns

Les désormais vétérans anglais de earthtone9 avaient bien marqué les esprits (en tout cas le mien!) avec la sortie en 2000 de l’excellent arc’tan’gent, un album très original et réussi alternant les assauts core rageurs et les passages plus atmosphériques. Malheureusement leur carrière a été depuis le début très chaotique, et après une séparation de plusieurs années (avec quelques projets parallèles qui ont toutefois vécu durant cette période, notamment pour le chanteur du groupe avec Twin Zero ou the Blueprint), ils avaient opéré un premier come-back concrétisé par la sortie en 2013 de IV, un album moins original, plus frontal (avec moins de vocaux « core » également et une prépondérance de chant clair), et tout simplement bien moins réussi que l’illustre opus de 2000.

Et puis plus rien, avant l’annonce récente d’une signature sur Candlelight Records, et de la sortie prochaine de ce In Resonance Nexus, aujourd’hui disponible dans toutes les bonnes crémeries. Et si le groupe ne revient pas au style original de ces débuts, confirmant au contraire son orientation plus metal alternatif voire metalcore, il le fait cette fois avec brio tant les compositions d’In Resonance Nexus s’avèrent beaucoup plus réussies et marquantes que celles de IV. On est également bien heureux de retrouver Karl Middleton, chanteur du groupe, dans son registre agressif/core beaucoup plus utilisé sur cet album, complété évidemment toujours par sa magnifique voix claire. Clairement un des meilleurs chanteurs de la scène dont l’absence était regrettable.

L’alternance des deux registres de son chant fait particulièrement merveille et permet au groupe de briller dans un style qui n’est pas sans rappeler par moments celui des récemment reformés Alexisonfire, en un peu plus agressif toutefois (la mandale « The Etiquette of Distortion »). Quelques petites touches d’originalité sont aussi à noter comme de discrètes nappes de synthé qui viennent tapisser le fond de la scène sonore pour produire un effet très réussi, surtout en écoutant l’album au casque, ou ces petites touches orientales distillées par la guitare sur « Under the Snake ».

Pendant un peu plus de 31 minutes, earthtone9 nous balance ainsi tube sur tube (avec peut-être comme point d’orgue « Black Swan Roulette »), il n’y a rien à jeter sur les 8 premiers titres de l’album. Puis le ton change quelque peu en même temps que la durée des deux titres s’allonge sensiblement,sur les deux derniers titres par rapport à celle des précédents morceaux pour flirter avec les 6 et 7 minutes respectivement et ralentir un peu le tempo. « Third Mutuality » et « Strength is my Weakness » sont en effet moins directs et plus lents, tout en restant assez lourds (la fin du deuxième prenant même des accents post-metal), permettant en tout cas à la tension accumulée sur les 8 précédents titres de redescendre.

Pour parfaire le tout, la production est massive et dantesque, assurée par Lewis Johns, déjà responsable de la prise de son d’albums de groupes comme Employed to Serve, Svalbard ou Rolo Tomassi. C’est d’ailleurs son travail avec ces groupes qui a poussé earthtone9 à souhaiter travailler avec lui et le résultat ne peut que leur donner raison.

Ce deuxième retour des anglais est en définitive une vraie réussite, In Resonance Nexus sans aller jusqu’à dire qu’il pourrait détrôner le mythique arc’tan’gent, s’avère en tout cas être un successeur certes tardif, mais tout à fait à la hauteur et qui permet vraiment à earthtone9 de retrouver son statut de poids lourd de la scène metal alternatif anglaise. En espérant donc qu’on n’attende cette fois pas 11 ans pour entendre la suite!

Tracklist :
01 – The Polyphony of Animals
02 – Navison Record
03 – Under the Snake
04 – Oceanic Drift
05 – Black Swan Roulette
06 – Lash of the Tongues
07 – The Etiquette of Distortion
08 – Observe Your Course
09 – Third Mutuality
10 – Strength is My Weakness

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1177 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *