The Rakes – Capture Release

3 Commentaires      1 162
Style: revival rockAnnee de sortie: 2005Label: V2

Attention Bombe!!

Pas vraiment inventif, pas vraiment révolutionnaire, The Rakes s’est annoncé pour moi comme l’un-de-ces-groupes-qui-scotche-en-trois-secondes.

Encore un énième, millionième, milliardième groupe de rock en THE, mais que voulez vous…

Ces quatre garçons accouchent du genre de disque que l’on est incapable de faire en France: un bon rock frais, dans le vent, dansant et rock’n’roll. En pleine effervescence (s’est-elle reposée un jour??), la scène britannique nous sort The Rakes qui officie dans le style « qui se pose là met et le feu ». Ces londoniens sont la parfaite synthèse du rock vendeur d’aujourd’hui, au point de nous faire douter de son authenticité. D’un autre côté, il se fait et se défait près de 30 groupes par minute en Grande-Bretagne, alors bon… Pour en revenir à l’idée de synthèse, les quatre anglais ont, dans le désordre, un esprit 80’s bien trempé mais pas (trop) dégoulinant, un sens du dance-floor autant emprunté à Franz Ferdinand qu’à Interpol et une classe, ou plutôt un flegme, digne des Strokes. Une recette idéale, me semble-t-il, pour jouer un rock mainstream tout ce qu’il y a de plus sympathique et digne d’intérêt.

Certains passages vous sembleront sûrement abusé, tant ils rappellent les groupes précités ou d’autres formations comme Bloc Party, Joy Division, ou les éternels Cure… Mais on passera outre tant cela fait plaisir. Ca joue serré, ça balance, et c’est bien fait. Je prends!

Un groupe à écouter vite avant que tout le monde ne s’en empare.

  1. strasbourg
  2. retreat
  3. 22 grand job
  4. open book
  5. the guilt
  6. binary love
  7. we are all animals
  8. violent
  9. t bone
  10. terror!
  11. work, work, work (pub, club, sleep)
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. melc says:

    c’est déjà fait…

  2. fewz says:

    ben ouai, ma chronique était prête depuis 2 semaines déjà…

  3. jonben jonben says:

    Tu voulais le chroniquer Mel?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *