Paulson – All At Once

12 Commentaires      1 759
Style: emo/rockAnnee de sortie: 2005Label: One Day Savior

Ce jeune groupe américain sortait il y a un an un 1er album, Variations, déjà bien prometteur, et voici leur second qui risque de faire un peu plus parler de lui tant le groupe a su affiner sa musique.

Paulson ont le même genre d’approche que d’autres groupes que j’apprécie : Dredg, Kaddisfly, Circa Survive, Kary, ou même Gatsby’s American Dream, au son bien moderne et personnel, aux influences variées, qui ont un certain goût des harmonies et instrumentations recherchées, et ne se contentent pas du minimum rock syndical qui hante les radios, tout en centrant leur musique sur les mélodies vocales.

La particularité de Paulson est certainement une impression de bonheur désabusé, une connivence amicale entre les musiciens, une ambiance printanière se dégageant de cette musique, parfait pour ces jours mornes de fin d’année. Sans jamais tomber dans la lovesong larmoyante débile, les morceau d’All at Once, même ceux empruntant des gammes sombres, sont plus de l’ordre de la nostalgie que des brûlots désespérés.
Des atmosphères et textures à l’esprit chaleureux et doux donc, pas de dépression ni d’excitation compulsive en vue, ça coule comme les premiers ruisseaux à la fonte des neiges, la musique servant de cocon ouaté aux mélodies vocales sublimes comme celles de « Ultra-High », « Window Frames » ou « Miami Current », en fait la plupart des titres.

Survolant le tout, la voix reste douce et afflue sans anicroches, élément mélodique principal, les lignes de chant sont toutes plus mémorables les unes que les autres. Il n’y a qu’à la fin de « Programs » ou elle se dépare de sa limpidité.

Pourtant n’imaginez pas un groupe à slow mou du bulbe et chiant, Paulson garde constamment une pêche à laquelle le batteur contribue en grande part. Ca sautille sur les cymbales, la caisse claire claque en permanence, le jeu du batteur est binaire mais complexe et intéressant, il porte littéralement les morceaux à un autre niveau, et les guitares et claviers apposés n’en sont que mieux mis en valeur. La rythmique est d’ailleurs très présente, la basse bien ronde joue sur des lignes continues, alors que les guitares et synthés sont plus ponctuels, petits arpèges, accords plaqués doucement, notes éparses d’orgue aux sonorités modernes.

Moins aventureux que sur leur 1er album, la cohésion au niveau du son et de l’ambiance, même si elle est agréable, implique par contre une certaine monotonie de l’album écouté en entier, le style adopté est du Paulson de a à z, rien ne choque.
Mais bon, ce n’est pas nécessaire, là où le groupe était encore hésitant sur Variations, il nous sort sur All at Once 10 bijoux d’émo/rock paisibles et enchanteurs aux mélodies douces-amères agissant comme des charmes. Superbe cet album, ça faisait longtemps que je n’avais pas écouté une musique aussi pop et joliment faite.

Tout l’album est en écoute sur l’ecard.

  1. voids
  2. under crowns
  3. window frames
  4. programs
  5. miami current
  6. not by a long shot
  7. ultra-high
  8. all at once
  9. i knew you when
  10. what now
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 511 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

12 Commentaires

  1. FireCat says:

    Les mélodies evoquent pas mal Dredg en effet. Je n’accroche pas tout à fait au timbre de voix, mais musicalement c’est du très bon. A surveiller :p

  2. Joss says:

    Je découvre en ce moment même grace à l’E-card et…. J’aime !!!

  3. olis says:

    je l’adore cet album :)

  4. kollapse says:

    Je sais pas trop quoi en penser…J’aime la musique, mais la voix, j’ai du mal. Peut-être que cela viendra en m’habituant, mais j’en doute.

  5. krakoukass Krakoukass says:

    Pareil que Kollapse… La voix m’est relativement insupportable… Je retourne écouter « Catch Without Arms » moi…

  6. Patrick says:

    D’ailleurs, par pitié chroniquez Juturna de Circa survive, ces gars sont fabuleux

  7. Pierre says:

    mouais…c’est pas si fantastique que ça non plus…c’est plutôt la voix de l’ancien saosin qui rattrape le coup

  8. Patrick says:

    Si, c’est si fantastique que ça, et je conseillerais a tous les amateurs de kaddisfly, mars volta, paulson voire 30 seconds to mars d’y jeter une oreille

  9. Patrick says:

    Si, c’est si fantastique que ça, et je conseillerais a tous les amateurs de kaddisfly, mars volta, paulson voire 30 seconds to mars d’y jeter une oreille

  10. chan says:

    moi je trouve cet album excellent, un peu linéaire, mais ca fait son charme, on se ballade sans trop se poser de questions. par contre il est un peu court, mais peut-etre que plus aurait rendu l’album un peu chiant?

  11. tamere says:

    on saura jamais

  12. Erwan says:

    Je préfère le 1er album, Variations, plus rentre dedans, plus indie-punk, moins pop, qui savait alterner les parties calmes des morceaux avec des breaks voix méchamment hurlée/gros riffs mémorables (cf Feast & Famine, au final énorme). Là, c’est qd même bien calme tout ça…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.