Sebastien Schuller – Happiness

3 Commentaires      1 202
Style: electro popAnnee de sortie: 2005Label: Catalogue

Ce disque est sorti au mois de février de l’année dernière… Et je suis passé à côté… Quel malheur de ne le découvrir que maintenant car il se serait facilement hisser dans mon top 10! S’il datait de cette année je céderais au jeu et me laisserais dire sans hésiter que c’est d’ores et déjà l’un des disques de l’année. Pourquoi un tel engouement?? Tout simplement parce que Sebastien Schuller réalise peut-être là l’un des plus beaux albums pop français des années passées et à venir, ni plus ni moins.

Comparé à Radiohead ou encore à Air, Sebastien Schuller n’a pas de quoi rougir car Happiness tient largement la comparaison. Plus justement je rapprocherais notre parisien d’un Fog « dernière mouture » plus éthérée, plus ensoleillé moins « fragile ». Certains diront que c’est encore une fois la « french touch » qui fait mouche ; je n’irais pas jusque là étant donné la connotation peut-être péjorative du terme et m’en tiendrais à écrire que l’electro-pop est un genre qui de toute façon donne souvent de bien belles oeuvres.

Une simple première écoute au casque chez le disquaire a suffit à me convaincre: des compos aux sonorités évidentes qui forcément accrochent et font plaisir, un son magnifique, une production impeccable, une guitare acoustique, un piano, des synthés, des samples et une légère voix: autant d’éléments qui sont utilisés de façon adéquate, parcimonieuse et bien sentie. Le minimalisme du genre exige un agencement de l’espace sonore précis et Sebastian Schuller l’emplit allègrement grâce à des textures de sons denses et amples, des bruits gorgés d’effets faisant l’excellent contrepoint de sa guitare toujours acoustique.

Il se dégage de ce happiness une torpeur, une douceur, et une certaine mélancolie qui ne se retrouvent qu’en de rares moments et qu’en de rares disques. Je pense au Angel Youth de Last Days of April, aux moments les plus doux et cajolants de Grandaddy, ou à certains fragments d’albums comme OK Computer ou Amnesiac

Le trentenaire parisien signe ici une oeuvre majeure. Un disque paysagiste, tant urbain et lunaire, que vaste et intimiste.

A écouter absolument.

  1. 1978
  2. weeping willow
  3. sleeping song
  4. wolf
  5. ride along the cliff
  6. where we had never gone
  7. tears coming home
  8. edward’s hands
  9. donkey boy
  10. alone you walk
  11. le dernier jour
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. fewz says:

    faute de frappe dans la colonne de gauche: y’a 2 P à haPPiness!

  2. Xav says:

    Découvert en mars dernier en écoute chez un disquaire.
    1 écoute suffit pour craquer sur ce disque.
    Les Weeping Willow, Tears Coming Home ou encore le 1978 d’ouverture sont des petites merveilles de douceur et de mélancolie lumineuse (bah ouais ca va pas ensemble mais je le sens comme ça)
    Pour la petite histoire Sebastien Schuller est également l’auteur d’un EP qui devait sortir chez Capitol (ouis messieurs dames) et qui contenait déjà une version quasi finale de Tears Coming Home. Visiblement Capitol n’a pas cru en lui et il a du partir du label. Une honte!!

    A voir en concert absolument!! Beaucoup plus rock et à ceux qui auraient peur de s’endormir ce n’est absolument pas le cas.

    Bien à vous.

  3. wandering star says:

    et c’est encore plus beau en live…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *