Akersborg – Feelantropicoco

Pas de commentaires      264
Style: hardcore expérimentalAnnee de sortie: 2023Label: Vinter Records

Dans le genre découverte inattendue pouvant bouleverser les tops de l’année, j’ai nommé Akersborg ! Formation norvégienne sortant là son premier album, ce groupe sorti de nulle part donne l’impression de vouloir venir concurrencer The Armed dans leur mixture de punk mathy hardcore noisy-furibard mélangé à de l’ultrapop (hé mais au fait, il parait que ces derniers ont récemment livré un nouvel album ? Non je ne crois pas non). En tout cas, rares aujourd’hui sont les groupes capable de créer une telle excitation après un premier album.

Feelantropicoco (rien que ce nom biscornu donne le ton) est donc un mix d’assauts ultra furieux et d’expérimentations bizarroïdes (spoken words, electro…) entrecoupés de franches mélodies accrocheuses. Chaque titre brouillant les pistes et sonnant différent du précédent, on quitte soudainement la virulence extrême pour des mélodies fédératrices, par exemple « Breaking Out Of The Odessey » (ouverture donnant déjà un gros indice sur le bordel à venir, un peu à la manière de Sleepytime Gorilla Museum rencontrant du Refused), ou encore le tubesque « She’s Such A Burden » intégrant du chant féminin très vénère façon Blood Command ou The Armed (on peut y percevoir ici une ressemblance avec la voix de Cara Koti), énorme titre comprenant leur refrain le plus mémorable par la même occasion. Et ces deux exemples ne marquent même pas toute la richesse de ce premier album, aussi dense qu’euphorique (notamment la conclusion « Dags Marina », sorte d’electro black metal pris dans une atmosphère synthétique unique… mais pas uniquement !).

Alors certes, il y a des passages bien bordéliques dans le lot, notamment certaines transitions entre styles diamétralement opposés dans un seul et même morceau. Mais Akersborg n’en a que faire et va où bon lui semble, donnant l’impression de vouloir mixer sa folie (la cover valant son pesant de cacahuètes à ce niveau) à son ouverture d’esprit toujours fluctuante (mention notamment pour l’espèce de screamo dansant « Et jävla liv vi lever », autre tuerie à souligner), ce qui en fait un objet insolite et avant-gardiste, blindé de détails à découvrir écoute après écoute. Un tourbillon ébouriffant et un peu WTF mais complètement rafraichissant qui devrait interpeler les amateurs de bizarreries musicales ! Un futur grand ?

  1. Breaking Out The Odessey
  2. Never Ever Nothing
  3. Et jävla liv vi lever
  4. She’s Such A Burden
  5. Break
  6. Pit Reflections
  7. 2100
  8. Alarmen gar
  9. Dags Marina

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *