Vile – The New Age of Chaos

1 Commentaire      982
Style: brutal deathAnnee de sortie: 2005Label: Listenable

Agencer l’ordre des pistes d’un disque est un art fin et délicat qui relève parfois du bluff pur et simple ou de l’esbroufe. La preuve en est ici avec The new age of chaos de Vile, 3 premières pistes énormes, puis plus rien, ou plus grand-chose. Pour ce qui est du registre dans lequel Vile évolue, un simple coup d’œil à la pochette suffira à satisfaire la curiosité : un globe tranché en deux par un cimeterre, dont l’un des deux hémisphères contient – ô finesse, ô raffinement suprêmes – une cervelle.

Musicalement, ça démarre très fort, roulement de batterie typique, jouissif quand il est aussi bien exécuté qu’ici, puis les premiers riffs déferlent. Gros son, grosse technique, on apprécie le métier du groupe, l’alternance plutôt réussie entre riffs rapides en aller/retour, et riffs dissonants, qui évoquent énormément Morbid Angel période Domination (et particulièrement le riff d’ouverture de « Eyes to see… »). L’ensemble a un certain punch et une dynamique assez entraînante, notamment grâce à une mise en place impeccable, un batteur qui suit parfaitement bien la mesure à grand renfort de double et de mise en pièces de caisse claire. L’efficacité prime ici avant tout sur la débauche d’effets, les riffs s’enchaînent de manière assez naturelle (qui a dit prévisible ?), Vile ne joue pas un death métal très surprenant, mais l’effet est immédiat, on tape du pied, on secoue la tête, notamment sur le très intense « Devour » auquel les guitaristes se sont dispensés d’ajouter un solo inutile. Les successions de riffs lourds plus portés sur les ambiances et de parties directes sont assez agréables. Le second titre « Deafening Silence » (on passera sous silence l’oxymore on ne peut plus cliché du titre) est relativement plus complexe, jouant d’autant plus sur l’alternance entre cavalcades effrénées et riffs plus appuyés. Le troisième titre, « The new age of chaos » reprend brillamment les mêmes éléments, gros riffs, grosse artillerie, même plaisir.

Arrivé à cette étape de l’album, le chroniqueur déborde d’enthousiasme, se bave dessus de joie, s’apprête à faire les louanges de l’album, à grand renfort de « putain de sa race, comment qu’il est trop bon » ou « c’est cool, achetez le ». Hélas. Arrivé au premier tiers de l’album, c’est (un peu) le même drame qui frappe à mon goût pas mal de groupes de brutal death : ça se répète, ça tourne en rond, et moi je m’ennuie. Certes, tous les autres titres sont construits sur le même modèle que les trois premiers, interprétés consciencieusement, mais l’effet n’est plus du tout le même. Une certaine linéarité s’est installée, les riffs ont tendance se répondre d’une composition à l’autre (notamment ceux de « Suicide warfare »), et on a de plus en plus l’impression que le groupe fait ce qu’il a à faire, sans passion supplémentaire, diluant l’intensité des trois premiers titres dans une masse de blasts, de dissonances, de soli malsains (ou horribles, selon la conception que l’on a du solo dans le death métal). Dans sa globalité, l’album n’est pas mauvais, mais il manque cruellement quelque chose qui donne au disque une unité, une cohérence qui en fasse autre chose qu’une simple collection de riffs et de growls dont on ne retiendra que la maîtrise de l’éxécution.

Cet album est une relative déception, tant les trois premiers titres laissaient espérer plus de bons moments. Reste un album qui sans être médiocre, ni moyen, n’arrive pas non plus à être bon et à dépasser les 15 jours réglementaires d’écoute. Qui a dit banal ?

  1. devour
  2. deafening silence
  3. the new age of chaos
  4. suicide warfare
  5. sentenced to live
  6. the burning shrines
  7. ritual decapitation
  8. worldhunt
  9. forlorn

Chroniqueur

marc

Je donne mon avis pas très éclairé sur des disques que j'aime bien ou je dis du mal de disques que j'aime un peu moins. Cet avis n'engage que moi-même, ma conscience et mon chat, vous êtes libres de ne pas être d'accord (quoique...) et de venir en discuter dans les commentaires afin que je vous convainque que vous vous trompez.

marc a écrit 38 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Keyser says:

    Je suis du même avis sauf que moi même les 3 1er morceaux m’ont endormi! C’est bien joué, y’a de l’expérience tout ça mais rien ne se dégage, c’est d’un chiaaaaaant…Ecoutez plutôt le Depopulate, le précédent album, plus accrocheur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *