The Nightwatchman – One Man Revolution

1 Commentaire      963
Style: rock folkAnnee de sortie: 2007Label: Epic Records

C’est derrière le pseudo de The Nightwatchman que Tom Morello (RATM, Audioslave) a décidé de sortir son 1er album solo et ce, principalement afin d’éviter tout amalgame entre son passé de musicien au sein des formations précitées et cette première offrande solo nettement plus personnelle.
Exit donc les riffs et les soli à la guitare, sur lesquels bon nombre d’entre nous ont dû s’arracher les cheveux (véritable marque de fabrique du bonhomme) et place à quelque chose de beaucoup plus sobre et épuré.
Si la forme est différente, le fond reste le même et continue à appuyer les prises de position politique et les coups de gueule de l’homme à la casquette, à l’image des protest songs de Bob Dylan, Neil Young, ou encore Bruce Springsteen.
Tout au long des treize titres qui composent cet album, la gratte de Tom donne donc le ton et met en musique des paroles qui abordent de thèmes tels que la guerre, le racisme, la pauvreté, ou encore l’injustice sociale.
Avec une voix qui n’est pas sans rappeler celle de Leonard Cohen ou Johnny Cash, Tom Morello nous propose un disque simple, sans artifice et qui fait bien ressortir les influences tant rock que bluesy du bonhomme.
La guitare acoustique occupe certes une place prédominante tout au long de la galette, mais les quelques notes de piano ou d’harmonica qui parsèment les compositions par-ci par-là permettent de rajouter une certaine profondeur aux morceaux, tout comme l’ajout d’une cornemuse sur le titre the road I must travel qui vient renforcer les sonorités celtes de ce dernier.
Une batterie assez discrète pointe aussi le bout de ses tomes de temps en temps, mais une fois encore, dans le simple but d’accompagner les coups de médiator de Tom.

La simplicité semble être le mot clé de ce premier album et il faut dire que la recette fait mouche, car il ne faut pas attendre cent cinquante écoutes pour se retrouver à fredonner certains refrains ou certaines mélodies.
Le pari de sortir un album pareil pouvait paraître osé, voire casse-gueule – surtout lorsqu’on connaît la carrière musicale de Tom –, mais il n’en est rien, car au final on se retrouve avec treize compositions d’excellente qualité, variées, et exécutées avec une honnêteté agréablement touchante.
Cet album ne fera certainement pas l’unanimité auprès des fans hardcore des deux précédents combos du guitariste – et ce n’est sûrement pas le but premier recherché –, mais risque sans problème de trouver un public qui saura l’apprécier à sa juste valeur.
Pour moi, c’est chose faite et j’en redemande.

  1. california’s dark
  2. one man revolution
  3. let freedom ring
  4. the road i must travel
  5. the garden of gethsemane
  6. the house gone up in flames
  7. flesh shapes the day
  8. battle hymns
  9. maximum firepower
  10. union song
  11. no one left
  12. the dark clouds above
  13. until the end
Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Neutotool says:

    Un disque que je n’attendais pas, qui m’a surpris de part cette absence de jeu guitaristique que l’on peut demander au bonhomme et donc un album déception pour moi. De plus si des influences des grands du folk-rock sont clairement avancées, il ne leur arrive pas à la cheville… Sa voix ne me transporte vraiment pas…Oserai-je dire un album sans intérêt?… Oui pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *