Ill Nino – Enigma

5 Commentaires      1 471
Style: neo metalAnnee de sortie: 2008Label: Cement Shoes Records

En sept ans, les choses changent. Alors qu’en 2001 le groupe originaire du New Jersey nous livrait un Revolution/Revolucion qui peut aisément se targuer d’être une des meilleures réussites engendrée par le mouvement néo, la suite de l’histoire n’est malheureusement pas des plus reluisante.
Après un Confession (2003), correct mais loin d’être transcendant, le sextet livrait le fadouille One nation underground (2005), son dernier album en date et ultime collaboration avec Roadrunner Records.
A ce stade, on ne pensait plus trop entendre reparler de la formation, mais le gang à Dave Chavarri (Merauder, M.O.D, Pro Pain, Laaz Rockit) s’accroche et sort le EP The under cover sessions – qui regroupe trois reprises et deux nouveaux morceaux – en 2006 sur le label Cement Shoes Records.
C’est en 2007 que la formation annonce la sortie de son quatrième effort studio, mais voit sa sortie repoussée à maintes reprises, pour finalement débarquer sur nos platines en mars de cette année.
Alors que le néo est définitivement mort et enterré, on était en droit de se demander ce que nos six lascars allaient nous réserver, et honnêtement le résultat est assez affligeant.

Rien, il ne se dégage strictement rien de cet album. Tout est prévisible à souhait et est d’une platitude assez consternante. Le groupe s’évertue à nous resservir la même recette qui commence sérieusement à sentir le réchauffé – voire même le cramé – et qui propose toujours une sorte de neo tribal à la Soulfly, entrecoupé de refrains sirupeux à souhait.
On retrouve aussi les fameux passages à la guitare acoustique au ton très hispanique, mais qui ne sont malheureusement qu’un copier-coller de ce que le groupe faisait à ses débuts, en nettement moins inspiré. En effet, depuis le départ de Marc Rizzo – parti rejoindre les rangs de Soulfly en 2003 – il est indéniable que le combo a perdu un de ses atouts majeurs, et c’est principalement au niveau du jeu de guitare que cela s’entend.
Si Ahrue Luster (Machine Head, Manmade God, The Horde of Torment) est loin d’être un novice, il n’arrive malheureusement pas à égaler le jeu de Rizzo, et s’acharne à nous balancer des riffs peu inspirés et maintes fois entendus. A cela vous ajoutez des soli qui sonnent vraiment comme une mauvaise copie de Santana, quelques percussions ça et là, et vous obtenez la version 2008 de Ill Nino.

Vous aurez donc compris que cet album ne vaut vraiment pas la peine que l’on s’attarde dessus, à moins d’être vraiment un fan ultime du groupe, et encore. Tout est téléphoné d’avance et si il ne fallait utiliser qu’un seul mot pour décrire ce nouvel album, ce serait : ennui.
Si ça sentait déjà le sapin pour nos six compères, on peut aisément dire qu’avec Enigma ils atteignent les sommets de la platitude, car à aucun moment la sauce ne prend, et on se retrouve face à une succession de titres anecdotiques qui ne décollent jamais.
Si l’écologie est un sujet d’actualité, cet album est la preuve que le recyclage d’un répertoire musical ne paie pas. Alors plutôt que de griller des kilowatts pour rien, on se demande si le groupe ne ferait pas mieux de raccrocher ses instruments, car si c’est pour continuer à nous balancer de tels albums, ce n’est vraiment pas la peine.

  1. the alibi of tyrants
  2. pieces of the sun
  3. finger painting (with the enemy)
  4. march against me
  5. compulsion of virus and fever
  6. formal obession
  7. hot summer’s tragedy
  8. me gusta la soledad
  9. 2012
  10. guerrilla carnival
  11. estoy perdido
  12. kellogg’s, bombs, & cracker jacks
  13. de sangre hermosa
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. 1ternot2baz says:

    le nu-metal n’a apparement plus rien d’interéssant à nous proposer, en témoigne cet énième disque insipide et formaté à souhait d’une formation dont on attendait pas grand chose ! il est loin le temps d’around the fur et de life is peachy………

  2. jonben jonben says:

    Mouaih le premier album je le trouvais déjà pas terrible, ce groupe ne m’a absolument jamais enthousiasmé.

  3. gemini_com says:

    Pas l’album de l’année, on est tous d’accord, pas de prises de risque non plus…mais des chansons conventionnelles et efficaces comme Finger Painting et Guerrilla carnival…de mauvais trucs aussi comme « me gusta la soledad » qui a bien fait rire ma copine espagnole.

  4. Neurotool says:

    T’avais vraiment du temps à perdre Wakos… ;-)

  5. devil says:

    « Nu metal » que l’on arrete avec cette catégorie, limp bizkit c’etait du nu metal, pas ill nino!
    Ce qui convient le meiux aujourd’hui est le mot alternatif, car avec ce cd le groupe enchaine plusieurs styles et tous sont tres bien produits et mixés.
    Un disque honnete!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *