Municipal Waste – Massive Aggressive

Pas de commentaires      1 088
Style: crossover thrash/hardcore 80sAnnee de sortie: 2009Label: Earache Records

Depuis leur premier album pour Earache Records, le van municipal a parcouru le monde sans s’arrêter. Tournée, alcool, excès, album et on recommence. Massive agressive est le troisième disque de Municipal Waste pour Earache et le quatrième de leur carrière. Huit ans de cross-over thrash / punk avec toujours les mêmes vestes à patch et les mêmes bandanas. Le groupe n’a pas changé mais la mode si. L’influence de la petite minorité de thrashers a grandi et d’autres se revendiquent aujourd’hui de la flamme allumée par DRI et Cryptic Slaughter. Le Party Thrash est devenu un emblème. Le marché du beer bong et du surf board ferait bien de les remercier pour tous ces exemplaires vendus à des fans enthousiastes venus faire la fête avec le quatuor Waste.

Seulement le temps passe et la fête devient lassante quand elle est forcée par la demande d’un public dont le concert est la toile de fond de la soirée, pas l’attraction principale. La ligne directrice de ce disque est donc l’agression. Moins de punk, moins de fête, plus de thrash, plus de paroles sur des films d’horreurs. Les « Headbanger face ripp », « Beer pressure » et « Born to party » de The Art of Partying sont remplacés par « Wolves of Chernobyl », « Media Skeptic » et « Acid Sentence ». Conscient d’être devenu une attraction, Municipal Waste se ressource dans le thrash et ralentit les riffs, les rend plus menaçants, moins dansants.

L’impression d’une machine fatiguée est aussi bien présente quand les refrains n’agrippent plus avec autant de folie que ceux des disques précédents. « Wrong answer » fera surement partie du répertoire du groupe pendant longtemps mais le reste du disque manque de la même envie de tout foutre en l’air et de tout exploser que les trois disques précédents dispensaient. Lassitude toute personnelle ou signe de fatigue du groupe, je ne peux me décider à ce sujet. Je n’ai juste pas autant envie de faire tourner aussi souvent Massive agressive que The Art of Partying ou Waste’em All.

Désormais abonné aux annulations ou aux décalages de tournée, Muncipal Waste danse avec la France un tango agaçant pour un fan désireux de se frotter à l’expérience live. Pas pour se lancer sur un surf board et encore moins pour partager un beer bong avec des amis mais simplement par passion pour leur musique. J’ai envie de voir comment ces titres sont joués sur scène et s’ils gagnent en puissance. Car malgré le manque d’explosions de caisse clair, dont Dave Witte a le secret, et de sing along, il reste assez de riffs pour tenir pendant l’hiver et attendre le printemps jusqu’à l’arrivée tant attendu du van municipal venu réchauffer les cœurs et les oreilles.

  1. masked by delirium
  2. mech-cannibal
  3. divine blasphemer
  4. massive aggressive
  5. wolves of chernobyl
  6. relentless threat
  7. the wrath of the severed head
  8. upside down church
  9. shredded offering
  10. media skeptic
  11. horny for blood
  12. wrong answer
  13. acid sentence

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *