Big Wreck – Ghosts

4 Commentaires      1 982
Style: Hard Rock / Big Rock ProgressifAnnee de sortie: 2014Label: Anthem/Warner

Quelqu’un connaît Big Wreck par ici ? Non ? Ce n’était pas non plus mon cas avant que je me laisse tenter par une écoute de leur nouvel album Ghosts, fortement attiré par son attrayante pochette (sorte de collage réussi entre les univers de Metropolis et Bioshock quelque part). Et pourtant ce groupe canadien s’est formé dans les années 90 et a sorti un album en 1997 puis un autre en 2001 avant de se séparer… pour mieux se reformer en 2010 et sortir Albatross en 2012.

Big Wreck (quel nom pourri par contre) joue un hard rock mélodique un peu old school mais avec un son moderne, un peu progressif aussi, avec aux commandes des musiciens très aguerris. Il faut dire que les membres du groupe se sont rencontrés au Berklee College of Music de Boston, la base technique de chacun reposant donc sur de solides acquis théoriques et pratiques. Les guitaristes par exemple sont loin d’être des manches, et ils ne manquent jamais une occasion de le prouver en sortant des solos de grande qualité sur nombre de titres de l’album, vous savez des solos typiquement hard rock qui peuvent durer une minute entière (comme les deux solos sur « Ghosts »). Ces solos fréquents pourraient gonfler car il est vrai que nous ne sommes plus tellement habitués aujourd’hui à ce genre de pratique assez démonstrative. Mais les solos en question restent « musicaux » et on oublie heureusement rapidement la dimension démonstrative heureusement. Le bassiste également est loin d’être manchot, son jeu très présent (là encore sur le morceau éponyme notamment) m’a parfois rappelé le jeu de John Deacon (Queen).

Ajoutons un vocaliste de talent (Ian Thornley qui est d’ailleurs également guitariste) qui joue pour beaucoup dans l’attractivité et la qualité de cet album. Son timbre rappelle tour à tour Chris Cornell (cf « Friends » par exemple) ou David Coverdale lorsqu’il pousse sa voix, et va même jusqu’à nous faire penser à Steven Wilson plus ponctuellement, comme sur le démarrage de « Still Here ». Bref, on est sur du vocaliste de très bon calibre vous l’aurez compris.

Le groupe a parfois recours à d’autres instruments en dehors des classiques guitare/basse/batterie, avec par exemple le piano sur « My life » dont le démarrage évoque immanquablement Dredg, ou les percussions en renfort sur « Diamonds ». On retrouve aussi une guitare countrysante sur « Hey Mama », peut-être le meilleur morceau de l’album qui rappelle la guitare de Jimmy Page avec Led Zeppelin ou sur la collaboration Coverdale/Page à laquelle certains anciens repenseront sûrement comme moi avec nostalgie et qui n’est pas sans partager de vraies acointances de style avec cet album de Big Wreck.

Du vrai boulot de pro, très bien fait, très agréable, avec du contenu, des titres bien touffus (70 minutes de musique quand même) et très accrocheurs (« Hey Mama », « I Digress », « Diamonds », « Friends » …), Big Wreck nous a vraiment pondu là un très bon album de rock à l’ancienne. Exception faite d’un « Break » un peu trop gnagnan, et d’un démarrage d’album un peu trop long avec le début poussif de « A Place to Call Home » qui met un peu trop de temps à nous emmener.

Qu’importe, Ghosts reste au final un bien bel album pour l’été qui semble enfin s’annoncer.

Tracklist :
1 – « A Place To Call Home » – 7:41
2 – « I Digress » – 4:32
3 – « Ghosts » – 6:11
4 – « My Life » – 4:27
5 – « Hey Mama » – 6:19
6 – « Diamonds » – 5:09
7 – « Friends » – 5:45
8 – « Still Here » – 7:47
9 – « Break » – 5:29
10 – « Off and Running » – 5:10
11 – « Come What May » – 3:14
12 – « War Baby » – 7:03
13 – « A Place To Call Home (Reprise) » – 1:07

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1019 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. Thorn says:

    Très bonne revue de l’album. Je suis contente de voir que de plus en plus de gens découvrent Big Wreck.
    Juste un petit détail mériterait d’être corrigé dans votre revue.
    Les membres fondateurs de Big Wreck étaient tous des étudiants du Berklee College of Music, mais seulement deux membres fondateurs sont toujours dans le groupe, soit Bryan Doherty et Ian Thornley. Certes les autres membres sont de très bons musiciens, mais n’ont pas ferquentés le Berklee College of Music.

    Merci d’aider les gens à connaître la bonne musique,

  2. Angrom angrom says:

    Pour l’instant je trouve le disque un peu trop long pour y adhérer totalement. Mais c’est néanmoins intéressant. Je vais perséverer

    • krakoukass krakoukass says:

      Ouais je suis assez d’accord dans le fond. Il y a quelques morceaux qui auraient pu être dégagés de l’album au final, mais il y a vraiment de super titres (« Hey Mama » est dantesque), et ce chanteur est quand même foutrement bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *