Sar Isatum – Shurpu

Pas de commentaires      741
Style: black metal Annee de sortie: 2017Label: Autoproduction

Sar Isatum est un jeune groupe de black metal originaire de Denver monté par les deux tiers du groupe de brutal death Vomit God. Le trio (désormais quintet suite à l’intégration d’un second guitariste et d’un claviériste) oeuvre dans une version mélodico-épico-symphonique du genre,  très inspirée par la première vague norvégienne, celle qui a réussi à mêler la puissance des orchestrations à ce son raw authentique. 

« Sar Isatum » (le morceau, pas le groupe, enfin si le groupe… enfin bref !) ouvre cet album par huit minutes nous plongeant dans une implacable froideur venue de ce voile raw enveloppant autant la voix de corbac du vocaliste que les instruments (comprenant quelques arrangements atmo s’intégrant parfaitement au reste). Cependant les mélodies brisent instantanément le permafrost, celles-ci n’apportent pas de lumière pour autant, peut-être seulement une toute petite lueur provenant de l’enfer. Car c’est une ambiance bien « ivol » à l’ancienne (la photo du trio à corpsepaints gratinés nous confirmera cela) qui demeure sur ce Shurpu, illustrée par l’ultra frénésie de titres comme « Chenoo » ou « Gormandizer » où les blasts supersoniques mènent les débats (entrecoupés par quelques passages plus mesurés sur le second) sur des guitares raclant la glace.

Le reste de l’album poursuit sous ces mêmes auspices, entre déversements d’énergie ravageuse (à la vitesse souvent dans le rouge, comme pendant « Vanaspati ») et passages mélodiques où les atmosphères deviennent un peu plus « aériennes » (« Celestial Diaspora » et ses surprenants passages instrumentaux symphoniques un peu plus propres qu’à l’accoutumée, le reste du titre s’orientant  vers d’épiques chevauchées) mais toujours dans une optique bien sombre comme se doit de l’être un album de black metal.

Shurpu est au final une très bonne découverte d’un groupe reprenant le flambeau d’un black metal mélodique premier du nom, respirant (avec de la buée !) la Scandinavie et la haine. Amateurs d’Emperor ou des premiers Dimmu Borgir, Sar Isatum s’adresse à votre fibre nostalgique des 90’s,  engelures auditives assurées !

  1. Sar Isatum
  2. Chenoo
  3. Black Gate
  4. Gormandizer
  5. Celestial Diaspora
  6. Vanaspati
  7. Hails of Pestilence

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *