Kenos – Pest

Pas de commentaires      637
Style: brutal death metal un peu atmosphériqueAnnee de sortie: 2018Label: My Kingdom Music

Formé en 2002 sur les cendres d’Underwise, Kenos est un groupe italien qui n’avait plus donné de nouvelles depuis 2012 avec un single de Noël (une reprise de King Diamond en l’occurrence). Rejoints pendant ce temps par le batteur de Hideous Divinity, les lombards reviennent aujourd’hui avec un death metal quelques crans au-dessus niveau véhémence mais aux progressions et mélodies tendant à rompre la monotonie de leur avalanche de technique.

Pest débute par le violent « Sons Of Martyrdom », apparaissant directement comme du Aborted, c’est brutal et technique mais l’évolution de ce titre ouvre des perspectives plus mélodiques et atmosphériques grâce à l’apparition de claviers (avec quelques faux chœurs féminins) et d’un final plus doux. « B.D.C. (Black Death Curse) » confirme ces envies d’ouvertures atmosphériques (à nouveau façon « chœurs féminins ») du côté d’un Septic Flesh mais sur une très courte durée (ils seront utilisés avec plus de parcimonie sur les autres titres), le reste de ce titre étant dominé par des riffs joués à vitesse grand V et à un chanteur au growl aboyé.

La vitesse fait donc partie intégrante de la musique de Kenos, le groupe étant mené par une batterie métronomique constamment dans le rouge pendant que le guitariste lead joue à grand renfort de chorus mélodiques. Un déluge de violence perpétuel qui est maîtrisé mais dont l’extrême rapidité est assez difficile à encaisser à froid, en effet, aucune accalmie, aucune respiration réelle (allez, il y en a de toutes petites dans « The Sweeper Of Remains », titre finalement le plus accessible), encore moins de morceau mid-tempo ne viennent contraster les riffs joués pied au plancher.

Kenos a utilisé dans sa bio les bons adjectifs (« violent, dévastateur, agressif » et j’en passe) pour décrire ce Pest, soit une grosse demi-heure de rafales de mandales dans la gueule avec des moments atmo finalement assez anecdotiques (seul le premier titre semble vouloir introduire une ambiance avec ces passages), dont on ressort quand même un peu hagard. Amateurs de death moderne et brutal, venez donc attraper la peste !

  1. Sons Of Martyrdom
  2. B.D.C. (Black Death Curse)
  3. Buried And Forgotten
  4. Immortal Breath
  5. Leave Me Now
  6. My Wooden Frame
  7. Shooting At The Moon
  8. The Sweeper Of Remains

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *