Latest Content

Silurian – Descenders

Jeune projet monté par le guitariste d’Ahab Chris Hector et la vocaliste Emilia Sherman, Silurian sort avec ce Descenders une première démo ornée d’une cover étrange, aux réminiscences d’E.T. mais en version très inquiétante, la créature n’ayant peut-être pas de bonnes intentions. Raccord avec cette cover, les paroles de cette première sortie sont portées sur la science-fiction et l’horreur, qu’elle soit littéraire ou cinématographique.

Concilium – Desecration

Quand tu aperçois au détour des noms des autres projets des membres de Concilium des noms fleuris tels que Scum Liquor, Göatfukk, Spitgrave ou encore Cunnilingus, tu es en droit de s’interroger sur la teneur (et le sérieux !) de ce jeune projet (actif depuis deux ans seulement). Puis tu te lances dans l’écoute de ce Desecration, premier long-format comparable à une plongée dans des eaux putréfiées peuplées de créatures horrifiques hantant les alentours…

Friisk – …un torügg bleev blot Sand

Un peu trop chaud cet été ? Voilà un groupe qui nous promet du Friisk…et ! Bon, d’accord elle était facile mais cet adjectif convient parfaitement à Friisk, groupe allemand monté en 2018 sur les cendres de Friesenblut qui était lui aussi basé sur la culture frisonne dont la langue (quelque part entre allemand, danois et néerlandais) est employée sur ce …un torügg bleev blot Sand. Sur fond de culture et mythologie locale, le groupe originaire de Leer l’utilise donc parfois pour accompagner son black metal.
Un black metal sombre et dense qui se pare d’une certaine mélancolie au [...]

Coldcell – The Greater Evil

Actifs depuis 2012, les suisses de Coldcell franchissent un cap pour leur quatrième album en ayant signé chez Les Acteurs de l’Ombre Productions, gage de plus large diffusion et donc de sortir de l’underground. The Greater Evil est un album de black metal baigné dans une ambiance singulière, aussi sombre que mystérieuse, pas une simple avalanche de cris et de blasts.

The Flight Of Sleipnir – Eventide

Il y a des groupes comme ça dont on perd la trace faute de nombreuses sorties à côté. C’est le cas de The Flight Of Sleipnir dont je vous avais parlé en 2013 avec leur très bon album Saga et qui a depuis poursuivi son bonhomme de chemin chez Napalm Records (V. – 2015) puis chez Eisenwald où le groupe du Colorado officie toujours depuis Skadi (2017). Eventide poursuit sous les mêmes auspices que ces albums à l’univers toujours aussi particulier.

Këkht Aräkh – Pale Swordsman

Originaire d’Ukraine, Këkht Aräkh est le projet d’un seul homme surnommé Crying Orc, déjà auteur d’un premier album Night & Love en 2019. Ce pauvre petit orc qui pleure s’arme cette fois d’une épée et d’une rose pour illustrer son second album. On y retrouve un mélange de black metal à l’ancienne (avec son lo-fi de rigueur) et de parties ambient distillant un certain romantisme, correspondant bien à son visuel.

Tideless – Adrift In Grief

Tideless vient de San Diego et a débuté ses activités en 2015 en réunissant quelques membres de la scène metal locale (Xantam, Necrochamber parmi d’autres…). Le groupe californien aura attendu quatre ans après son dernier EP (Eclipsed Blood Horizon) pour sortir son premier long-format, ce Adrift In Grief. Et si ce groupe méconnu est digne d’intérêt, c’est surtout par la double étiquette qui lui a été collée: Tideless jouerait donc du death metal mélangé à du… shoegaze (!). Derrière ce mélange improbable qui m’a invité à jeter une oreille (et finalement les deux puisque je suis là à vous [...]

Nihilism – Cataclysme Vers l’Ascendance

La scène black metal grecque est aujourd’hui très réputée, celle-ci possédant son esthétique, ses codes et souvent quelques influences mythologiques intégrées à des atmosphères particulières. Si Rotting Christ en est aujourd’hui le chef de file (même si les éléments black s’atténuent un peu sur les derniers albums), on peut aussi compter Varathron ou encore Spectral Lore comme valeurs sûres. Mais se cachent aussi d’autres trésors cachés, tel Nihilism, formation de Thessalonique qui se distingue pas mal de ses illustres compatriotes.

Spire – Temple Of Khronos

Habitué à nous offrir des albums peu évidents à appréhender, Sentient Ruin Laboratories a dégoté cette fois un duo australien… qui fait un sacré boucan. Spire a été débauché de chez les collègues Iron Bonehead Productions pour lequel il a sorti en 2016 son premier album (Entropy), où il montrait déjà des envies de jouer avec les nerfs de l’auditeur. Et le temps n’a pas tari les envies des deux anonymes de Brisbane, ayant pris cinq ans pour maturer ses idées (aussi sombres que torturées) dans ce Temple Of Khronos.