Cursed Earth – The Deathbed Sessions

Pas de commentaires      392
Style: metal/hardcoreAnnee de sortie: 2019Label: UNFD

Il s’en est passé des choses pour Cursed Earth deux ans après la sortie des deux impressionnants volumes de Cycles Of Grief. La principale a été le départ de sa charismatique vocaliste Jazmine Luders, si bien que le groupe de Perth a décidé de poursuivre l’aventure sans la remplacer (pour le moment). Cursed Earth serait alors devenu un groupe instrumental ? Que nenni ! Le groupe australien a trouvé de l’aide chez des collègues issus (souvent) de pointures du metal/hardcore (locales mais aussi plus éloignées) afin de réaliser The Deathbed Sessions, nouvel album aux sept titres pour autant de chanteurs.

Le premier à intervenir est Matt Honeycutt des très bons Kublai Khan pendant « Fear », première mandale de hardcore métallique aux breakdowns destructeurs, le gaillard est aussi très en voix, ultra vindicative. Une ouverture idéale pour la bagarre. Une bagarre qui se poursuit avec « Rock Bottom » où l’on retrouvera Nick Adams de Justice For The Damned, un titre un peu dans le même esprit bien que la voix soit plus arrachée un peu dans l’esprit Knocked Loose. Comme pour l’ouverture, les riffs sont binaires mais il se dégage cette atmosphère punitive donnant envie l’irrésistible envie de se balancer dans un pit bouillant.

Sur « Deathbed », c’est un duo issu de Make Them Suffer qui viendra faire les voix, Booka Nile et Sean Harmanis. Plus sinistre que dans son groupe d’origine, Nile répond aux hurlements déchaînés d’Harmanis pour un titre à l’intéressante mélodie lancinante contrastant avec les passages plus insidieux. Sur « Torch », c’est Joel Birch de The Amity Affliction qui vient expédier une furieuse minute 20, pas l’temps d’niaiser ! « Tyranny Forever » rehausse ensuite le niveau de violence. Larissa Stupar de Venom Prison est toujours aussi impressionnante dans sa versatilité de growls, idéale pour ce titre aux atours deathcore.

« Operation » voit ensuite la participation de Jack McDonald de Cast Down, un titre étrange à interférences façon indus avec quelques effets vocaux étranges mélangés à de lourds breakdowns. Enfin, Mark Poida d’Aversions Crown viendra clôturer cet album avec un peu plus de vitesse et une voix plutôt énorme.

Bref, Luders a ici été parfaitement suppléée, chaque vocaliste s’accordant sans problème avec le hardcore métallique de Cursed Earth, toujours pourvoyeur de sombres moshparts. Un exercice de style plutôt surprenant qui devrait causer quelques soucis logistiques au groupe à l’avenir, surtout en cas de tournée (à moins de faire une tournée à huit groupes). A voir maintenant s’ils réitéreront le concept ou prendront un nouveau chanteur permanent…

  1. Fear
  2. Rock Bottom
  3. Deathbed
  4. Torch
  5. Tyranny Forever
  6. Operation
  7. Burn
beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *