[Voiture-balai 2022] Spider God – Fly in the Trap

Pas de commentaires      174
Style: Hyper Melodic Black MetalAnnee de sortie: 2023Label: Repose Records

Hyper Melodic English Black Metal. Voici comment il définit lui-même le style que pratique ce mystérieux combo anglais au nom délicieusement ridicule, qui semble en réalité être un one-man band (mené par un certain G) si l’on en croit les infos que contient Metal Archives (et qui contrediraient auquel cas ce que laisse penser la pochette du single de la reprise par les anglais d' »Eleanor Rigby »… le doute subsiste!). Un combo en tout cas d’une productivité assez folle, puisque Spider God a sorti depuis 2020 rien de moins que 4 EP, un premier album (de reprises on y revient un peu plus bas), et a participé à 4 splits. Fly in the Trap est donc son deuxième album, et son premier constitué de compositions originales, contrairement au premier album Black Renditions, album paru en 2020 et qui était un album de reprises à la sauce black, de classiques de la pop tels que « Excited » (des Pointer Sisters), « Dance » de Whitney Houston, ou encore « Baby » de Britney Spears. Et au-delà du côté fun et rafraichissant de cette idée de covers malmenées et surspeedées qu’on peut apprécier à la première écoute, l’album s’avérait en réalité plutôt très anecdotique sur la durée. Si vous voulez vous rendre compte de ce que ça donnait :

Spider God – Black Renditions [FULL ALBUM] – YouTube

Ce fantasme assouvi notre Dieu Araignée semble néanmoins continuer sur Fly in the Trap à afficher son amour de la pop. Difficile en effet de ne pas constater que le groupe écrit en réalité des morceaux pop dans l’esprit, avec effectivement des mélodies très en avant, à l’image de « The Hermit ». Des morceaux pop et des mélodies passés ensuite au tamis de la saturation des guitares avec une production volontairement légèrement cradingue pour salir les compos et leur donner cette touche BM, le tout balancé à un tempo hyper-speed. Pour compléter le tableau, la voix éraillée du chanteur, qui rappelle quelque peu celle de Proscriptor leader de Absu (devenu Proscriptor McGovern’s Apsû), ne porte en elle aucune concession tout au long des 8 compositions sur lesquelles le registre employé est invariablement le même. Seule exception à cette règle : le chant est partagé avec une voix claire qui vient doubler la voix éructée sur la deuxième moitié du titre « Labyrinth of Hallways ». A qui doit-on ce chant clair, je ne saurais le dire, on sait juste que le label évoque des contributions (de quelle nature, vocale ou instrumentale mystère) de membres de Revenant Marquis, Rope Sect (je mettrais une pièce sur le chanteur de Rope Sect s’agissant du chant clair en question mais sans certitude) et encore A Forest of Stars.

Le résultat porte évidemment en lui une bonne dose de second degré (à ce propos vous aurez probablement noté l’incongruité de la pochette très étrange), compte tenu d’une part du côté par nature fantasque voire outrancier de ce mélange improbable de pop et de BM, et d’autre part du fait de l’utilisation de certains claviers faisant état d’une volonté manifeste de prendre le contrepied d’une approche « trve » et de choquer ceux qui restent attachés au dogme le plus strict du genre. Malgré cela et curieusement, l’album s’écoute très bien et s’avère d’une grande efficacité, au point même de supporter étonnamment bien les écoutes répétées.

Peu importe au final de savoir qui se cache derrière ce pseudonyme, car le Dieu Araignée a bel et bien sorti un super album qui une fois encore fait partie des nombreuses bonnes découvertes qu’on aura faites durant une année (2022) décidément d’une richesse encore une fois assez impressionnante !

Spider God – Fly in the Trap (full album, 2022) – YouTube

Tracklist :
01 – The Fifty Second Murderer
02 – Traces of Hubris
03 – A Thousand Lonely Spiders
04 – The Hermit
05 – Labyrinth of Hallways
06 – Flies in the Trap
07 – Hiroshima Mon Amour
08 – Invisible Light

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1088 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *