Dagoba – Face the Colossus

6 Commentaires      897
Style: power metal in your faceAnnee de sortie: 2008Label: Season Of Mist

N’en déplaise à certains, Dagoba a sorti précédemment deux très bons disques, certes très directs et pas spécialement impressionnants d’un point de vue technique, mais qui m’ont personnellement collé des belles baffes dans la tronche. Il m’arrive d’ailleurs encore régulièrement de les ressortir pour me prendre une dose de métal « in your face » sans prise de tête.

J’étais donc vraiment dans les meilleures conditions pour accueillir favorablement ce nouvel album à la très belle pochette (contrairement à la précédente, vraiment immonde).

Le gros son est toujours bel et bien là (Tue Madsen aux manettes) et fera toujours fuir les allergiques au genre, idem pour le chant de Shawter toujours très bon, et pour la batterie mitraillette de Franck. Par contre la nouveauté c’est certainement du côté du ralentissement (relatif) du tempo qu’il faut la chercher. Dagoba a toujours proposé quelques compos un peu mélo (rien de péjoratif) qui calmaient un peu le jeu par rapport aux assauts subis par ailleurs. On n’est donc pas étonné d’en retrouver à nouveau ici comme sur le joli « The World in Between » ou le gentillet mais un peu trop mièvre « Silence #3 » (avec ces vocaux rock à la Corey Taylor). Mais il est dommage de constater que les agressions caractéristiques du groupe sont cette fois pratiquement systématiquement diluées du fait de l’omniprésence de synthés. Il est clair que le groupe cherche à créer une ambiance et une sophistication quelque peu symphonique. Rien de mal dans cette ambition dont on avait déjà senti une première approche sur What Hell is About et son influence quelque peu Dimmu Borgirienne. Simplement la sophistication (qui s’accompagne aussi de titres plus longs, beaucoup dépassant les 5 minutes), parfois un peu lourde et maladroite, se fait aux dépens de la puissance et de l’efficacité cette fois. Or s’il est bien quelque chose qu’on attend des marseillais, c’est cette efficacité façon rouleau compresseur qui les caractéris(ait)e.
Autre symbole plus positif de cette volonté de poser une ambiance, l’instrumental « Transylvania » aux tonalités orientales plutôt agréables et reposantes, est pour sa part tout à fait convaincant.

En somme, il se dégage finalement de Face the Colossus une impression d’homogénéité, de bloc, dont peu de choses ressortent pour marquer réellement l’auditeur. Il n’y a presque pas de titre fort, de hit en puissance. On peut donc d’un côté saluer le travail sur l’homogénéité qui est tout à leur honneur d’une certaine façon car certainement moins superficiel et plus abouti. Sauf que ce n’est pas forcément ça qu’on attend d’eux et qu’on reste donc un peu sur notre faim.
C’est d’autant plus regrettable que lorsque le groupe nous sert un morceau typique de Dagoba avec ce « Sudden Death » explosif en guise de final, ça passe toujours aussi bien, même si le décalage avec le reste est tellement important qu’on se demande si ce morceau n’est pas issu d’une session passée. En tout cas les regrets n’en sont que plus importants…

Le bilan est donc assez mitigé pour ma part. L’album est loin d’être mauvais et on peut même saluer une certaine prise de risque et volonté de sophistication de leur musique par les marseillais. Dommage qu’ils aient quelque peu oublié l’efficacité au passage…
Face the Colossus est peut-être finalement à considérer comme un album de transition pour Dagoba. Reste donc à voir si le groupe confirmera cette orientation plus recherchée à l’avenir, en espérant quand même qu’il ne pousse pas le bouchon trop loin et perde au passage complètement ce qui faisait sa force…

  1. abyssal
  2. face the colossus
  3. back from life
  4. somebody died tonight
  5. the world in between
  6. transylvania
  7. orphan of you
  8. the nightfall and all its mistakes
  9. silence
  10. the crash
  11. sudden death
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 820 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

6 Commentaires

  1. booboo29 says:

    J’aime pas du tout!!!!!!! Ce groupe ferait mieux d’aller jouer à la pétanque ou boire de la pastaqua…

  2. Albedo says:

    Hihi lol on rigole bien avec toi.

  3. darkantisthene says:

    c’est quoi de la pastaqua ? de la liqueur de pastèque ?

  4. ZSK says:

    plutôt déçu… bien trop mélodique à mon goût. mais les deux derniers titres déchirent.

  5. damien luce says:

    Des idées intéressantes, mais globalement j’attendais un peu plus des Marseillais. ils ont pris quelques risques notamment avec l’arrivée de plus de mélodies.

  6. maniak says:

    Au début, j’étais un peu surpris par ce nouvel album très chargé, avec une grande place aux arrangements symphoniques… Puis, après quelques écoutes, pas de doute possible, c’est un très bon album de Dagoba que l’on tient entre les mains! Un chant vraiment excellent, un batteur toujours aussi impressionnant malgré une relative tendance a trop remplir de double pédale, des arrangements originaux (rappelant toutefois par moments quelques samples entendues sur le précédent opus…)… Mes coups de coeur : « somebody died tonight », « the nightfall and all his mistakes », « the crash ».
    Pour finir, tout ceux qui trouve cet album trop mélodique sont quand même très sévère, car çà cogne sévère sur une grosse partie l’album..
    Pour moi, 17/20, pas moins!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *