Bilan 2010 – kollapse

Pas de commentaires      1 499

1.Ventura – We recruit

Les Suisses ont sorti un deuxième album dantesque : compos en béton armé servi par un son dantesque, mélodies travaillées irrésistibles, cet album extrêmement homogène et d’une fraîcheur 90’s fort bienvenue est beau comme un bateau. L’album kiss cool de l’année.

2.Swans – My Father Will Guide Me Up a Rope to the Sky : Le grand retour de l’année. Gira a encore de la gniaque et des idées, la preuve en est avec ce nouvel album imposant qui, s’il ne redéfinit pas l’identité Swans, fait honneur à sa légende. Pour avoir eu l’occasion de les voir en live : ces types sont très forts.

3.Brume Retina – Agresse gueule

En voilà un album qui porte bien son nom. Agresse gueule ne fait effectivement pas dans la dentelle. Les premières écoutes peuvent laisser penser qu’on a affaire à un exutoire fait de noise/punk hardcore fort bien torché mais dont les intenses assauts auraient pu avoir raison de ma tolérance. Mais c’était sans compter la présence de respirations bien placées et de variations fort bien pensées que donne le groupe à ses compositions. Agressif donc mais pas sans subtilité.

4.Lucertulas – The Brawl

Les italiens ont pondu une galette face à la laquelle il est difficile de rester en place. Attaques noise-rock supersoniques, répétitions rythmiques frénétiques (ce batteur est phénoménal), guitares en feu au service d’une salve orgiaque non dénuée de nuances (pour exemple les incursions planantes du dernier titre). Énergique et furieux.

5.Binaire – Idole

Troisième album et léger changement de direction pour le duo français : ils ont en effet troqué la gouaille punk crue et frontale contre des ambiances plus dark, au tempo ralenti et un son plus massif. Moins furieux et plus posé que par la passé, le résultat sonne comme un manifeste cyber punk plombé aux ambiances sombres distillées avec a propos. Leur album le plus abouti.

6.Grids – Kansas

2010 a vu se pointer des formations (toutes aussi excellentes les unes que les autres) noise-rock virulentes, brutales et sans compromis. A ce petit jeu là ressort les Grids sont les plus forts. Leur noise est extrêmement bien ficelée, jouissive et passionnée. Un brulot comme on en fait peu.
Leur album a beau ne durer que 20 minutes, on est rassasié. Ou plutôt, on en veux certes plus mais pas une minute n’est ici à jeter. Alors on appuye sur replay.

7.Knut – Wonder

Beau retour des suisses qui signe un album massif, inspiré et brutal. A mi-chemin entre la brutalité chirurgicale d’un Challenger et les ambiances feutrées d’un Terraformer. Mais Wonder ne se contente pas d’être un album synthèse. Glacial, précis, imperturbable et sûr de lui, le dernier album des suisses est une réussite.

8.U.S. Christmas – Run Thick in the Night

Le premier effort avait fort, dans une veine space-rock désertique vibrant, au psychédélisme diffus à la forte puissance évocatrice de la mère nature. Celui-ci enfonce le clou. Ils gardent les bases de leur son mais le rendu est tourné vers plus de mélancolie, la présence de cette folk americana renforçant le coté désenchanté de la chose. Un album très long mais très beau. La récompense est au bout.

9.Harvey Milk – A Small Turn of Human Kindness

Sludge ? Stoner ? Métal ? Harvey Milk a toujours fait fi de ces catégories trop étroites ou plutôt inappropriées les concernant. Car ces types jouent tout simplement du blues. Un blues crasseux, ralenti au possible, mélancolique, lourdissime dont les râles alcoolisés du passionné Creston Spiers ne font que rajouter au misérabilisme décidé de leur musique. Un très bel album, sincère, triste, déprimé. Drôle aussi, car ces types ont beaucoup d’humour.

10.Woven Hand – The Threshing floor

David Eugene Edwards. Les amateurs de folk-rock americana savent ce que représente ce nom. Avec 16 Horsepower DEE et sa clique ont créé un son, une marque de fabrique reconnaissable en moins de deux secondes. Il perpétue cette démarche artistique avec Woven Hand mais ajoute à cela une dimension plus mystique. Ce dernier album en est une fort belle représentation : enrichi de sonorités provenant aussi bien d’Europe de l’Est que de l’Amerique sauvage, ce dernier album est aussi beau qu’envoutant et sonne comme un petit renouveau pour le shaman blanc et sa bande.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *