Impure Wilhelmina + Knut + Overmars – 24 mai 2006 – MJC Oullins – Lyon

4 Commentaires      707
Annee de sortie: 2010

Ce soir c’est fête les amis ! Une longue soirée de concert s’annonce avec une affiche comportant pas moins de trois groupes ayant animés les tabloïds hardcore européens ces derniers mois. J’ai nommé Impure Wilhelmina, Overmars et Knut. Overmars devra tenir la dragée haute à deux fiers représentants de la scène suisse. Ce choc des Titans va ouvrir les mers de l’apocalypse ce soir et … oui bon bref . Ca va chier !
En attendant je me pointe à la bourre et le concert à bien évidemment commencé… Bonne surprise : y’a du monde ce soir ! Enfin environ 150 personnes.
Je descends directe dans l’antre et tombe sur Impure Wilhelmina bien lancé apparemment depuis un bon quart d’heure. Pour être très sincère ce n’est que moindre mal en ce qui me concerne. Leur dernier opus ne m’ayant que moyennement convaincu au final, seule la curiosité animée par des commentaires dithyrambiques sur leurs dernières prestations scéniques m’obligeaient à assister à leur set. Finalement j’assiste aux trois quart du concert qui comprendra entre autre un rappel, le public semblant être sous le charme. Et c’est vrai que le charme opère plutôt bien malgré quelques bafouilles ou approximations. Problème de concentration sans doute. En tout cas les moments les plus émotionnels sauront plonger le public au cœur d’une ambiance quasi religieuse, la rage se drapant d’un voile sombre du plus bel effet. Néanmoins je reste sur ma première impression. Ce groupe est encore jeune mais devrait être promu à un avenir radieux. Fin du show.
Overmars investi petit à petit les lieux et nous prépare un de leurs meilleurs concerts qui m’est été donné de voir les concernant. On apprendra durant le show que cette soirée est un peu particulière pour eux puisque cinq années les séparent de leurs premiers balbutiements. Happy Birthday Overmars ! Pour la peine, c’est l’apocalypse en directe et tout de suite dans la gueule que nos lyonnais nous balancent. Son herculéen, accrocheur, clair et précis pour un show de plus d’une heure (sans compter un rappel surchauffé !). On sent les heures de travail, de route, les litres de sueur déversée, depuis ces dernières années. Le show est des plus carrés, chacun bien en place et près à distiller cette ambiance si rageuse, si glauque qui vous emporte au cœur d’une transe au plus près de vos peurs. Rhââ vos nuits de cauchemars sont encore bien roses en comparaison de cette noirceur qui envahit le public et ses esprits. Le fauve est lâché ! Xavier exulte, éructe, pendant que des images d’apocalypse, de démolition et autres erreurs de la nature nous hypnotisent. Vraiment troublantes ces images. Dans ce contexte les « Obsolete » « This is rape » « En mémoire des faibles qui ont survécu à Darwin » prennent une nouvelle dimension, plus ample, plus violente surtout au cœur d’un light show oscillant entre sombre et rouge. On touche au plus près de la catharsis, c’est sûr ! En prime on aura droit à du nouveau matériel qui augure du meilleur pour la suite. Bref un grand concert ! Happy Birthday Overmars !
A charge pour Knut de relever le défi lancé par l’outsider Overmars. Lourde tâche mais ici les suisses ne jouent pas tout à fait dans le même registre. Misant bien plus sur l’énergie de la scène, sur leurs morceaux les plus hardcore et sur un Roderic en forme olympique comme maître d’œuvre, Knut ne va cesser durant plus d’une heure de nous balancer des baffes monumentales dans la gueule ! Je les découvrais sur scène et je dois bien dire qu’ils sont largement à la hauteur de leur réputation. La première chose qui interpelle c’est la configuration du groupe. Ici ce n’est pas le chanteur la pièce centrale ni même un guitariste. Non c’est Roderic le batteur, impressionnant de puissance, de précision et d’énergie. Derrière son style gentil binoclard se cache un monstre du rythme. Dr Jekill et M. Hyde ! Tous les regards convergent vers lui et les autres membres du groupe sont pendus à ces baguettes. Impressionnant et assez peu commun pour être pointé. Pour autant ne me faîtes pas dire ce que je n’ai pas dis. Les autres assurent également une puissance de feu et distillent des riffs lourds, aussi puissants qu’hypnotiques. Du grand art. Le chanteur quant à lui toujours bien présent niveau vocal lorsqu’il le faut, se fait tout de même assez discret (ceux qui auront découvert le groupe via « Terraformer » ne seront pas étonnés), bidouillant des samples et autres sons afin de peaufiner le son Knut, la set list ayant tendance à privilégier les morceaux les plus instrumentaux du groupe. Quelques morceaux plus ambiants viendront relâcher la pression mais il est clair que Knut demeure un groupe de scène à très haute énergie punk! Et ce n’est pas un light show assez froid et blanc qui viendra contredire cette sensation.
La soirée se termine vers une heure du mat’, public fatigué, à genoux, mais le sentiment d’avoir assisté à une grande soirée punk !

Du meme groupe

4 Commentaires

  1. xavier says:

    S’il y en a qui ont des photos de cette soirée, envoyez les à NOSPAMawakenmouths@destroyalldreamers.org
    merci d’avance

  2. Para says:

    Ce serait sympa de faire des paragraphes ou sauter des lignes. On croirait les gros blocs illisibles de guts of darkness.

  3. Para says:

    Allo ??

  4. darkantisthene says:

    putain jonjon t’as encore oublié de payer la facture de tél, on reçoit plus la ligne ! :D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *