The Cold Within – A Burden of Reason

Pas de commentaires      748
Style: hardcore newschoolAnnee de sortie: 2004Label: Eternalis Records

« Brothers and sisters, I want everyone to kick up some noise, I want to hear some revolution out there. Brothers and sisters, the time has come for each and everyone of you to decide whether you are gonna be the problem or whether you are gonna be the solution. You must choose brother, it takes five seconds, five seconds of decision, five seconds to realize that it’s time to move, it’s time to get down with it, Brothers. »

Ce discours révolutionnaire tiré d’un live des MC5 ouvre les hostilités. Issu d’une scène hardcore metal française qui a bien du mal à se faire entendre, The Cold Within lance un appel à la révolte. Face aux difficultés de distribution, au mépris des maisons de disques et à la saturation du marché la résistance s’organise. Des structures se développent : associations, labels indépendants… pour lutter contre une musique formatée, sans goût ni saveur, diffusée par des radios aux mains des majors.
Eternalis Records est un de ces précieux activistes qui font vivre la scène indépendante. Le « petit » label Toulousain nous avait déjà surpris avec l’excellent The forgotten link de Sequoia et le voila qui persiste et signe avec ce premier EP de The Cold Within.

Formé en 2002, The Cold Within fait partie d’une scène lyonnaise en pleine effervescence hardcore avec des groupes aussi divers que Daïtro, Doppler ou Counterfeit. Coté musical, Flo (chant), Alex (guitare), Mick (guitare), Greg (basse) et Jean Marc (batterie) pratiquent un hardcore torturé aux influences old school. La signature sur le label Eternalis records leur permet d’enregistrer A burden of reason et d’enchaîner les concerts (Eastpack Resistance Tour), les premières parties (The Scarlet Letter, Darkest Hour) et les collaborations (split cd avec les japonais de See the Light à paraître sur World of illusions). Oublions le peu de soin porté à l’artwork et au livret intérieur pour nous attarder sur les 5 titres de ce CD.

Le premier titre, « A burden of reason », donne le ton : lancé à brides abattues, les guitares martèlent leurs riffs sauvages soutenues par un chant rageur. The Cold Within se nourrit de diverses influences, hardcore old school, punk, emo pour créer une atmosphère sombre et intense. Les compositions, à la manière d’un Shai Hulud ou d’un Give Up The Ghost, font la part belle aux structures non linéaires tout en conservant une dynamique punk. Véritable clef de voûte de cet EP, les guitares mélancoliques d’un « For a minute » à l’accent emo succèdent au brûlot hardcore « A burden of reason », Dans la plus pure tradition old school, The Cold Within déploie sur « More than hate » une rythmique punk agressive appuyée par un chant rageur et vindicatif. Contrairement à Sequoia, la production de ce A burden of reason n’a pas bénéficié d’un climat favorable. Le son général, assez faible, ne rend pas justice à la technique des musiciens. Le souffle des guitares transporte « Everything’s gone » vers une musique plus sombre flirtant avec un post hardcore volontairement mid tempo. L’atmosphère se charge alors d’une douce tristesse tandis que les passages mélodiques alternent avec de lentes montées en puissance.

Album inégal, sur lequel l’excellent « For a minute » côtoie le dispensable « 60% », les compositions parfois encore bancales peinent à retrouver l’efficacité des deux premiers titres. L’ajout de back vocals parfois mal maîtrisés et les défauts de ce premier essai ne doivent cependant pas éclipser l’espoir entrevu à l’écoute d’un « Everything’s gone ». A burden of reason n’est pas une révolution, mais loin de s’avouer vaincu, le groupe fait preuve d’une sincérité et d’une énergie communicatives. Une fois débarrassé des influences qui transparaissent encore à l’écoute de ces 5 titres, The Cold Within a tout pour se faire un nom. Alors n’hésitez pas et soutenez l’effort de guerre de nos labels !

3/5

  1. a burden of reason
  2. for a minute
  3. 60%
  4. more than hate
  5. everything’s gone
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *