Sigur Ros – Takk

21 Commentaires      2 186
Style: geyser post rockAnnee de sortie: 2005Label: Geffen

Syndrome de la page blanche, incapacité à retranscrire quelque chose sur une page, apprehénsion des réactions…

Bon, j’ai quand même accepté de faire cette chronique.

Sigur Rós?

Oh putain…

Aussi vrai que je suis très client des péripéties de nos 4 Islandais du jour, il n’est pas question de parler aux fans hardcore ou aux détracteurs (eux savent déjà quoi en penser). Non. Je vais juste parler du contenu de l’album, pour ceux qui ne connaissent le groupe que de nom et qui voudraient enfin (!) tenter le coup avec Takk.
Quelle que soit votre position , vous pourrez de toute façon trancher en toute légalité en écoutant l’album sur la page myspace du groupe (voir fin de la chronique).

En faisant fi de leur premier essai Von, aussi personnel qu’hermétique les quatres gus de Sigur Rós ont trouvé l’Equilibre sur leurs deux derniers efforts (Agaetis Byrjun et ( ) ) pour composer la musique qu’ils aiment, comme toujours, mais le résultat était plus parlant, intense et prenant pour le commun des mortels. C’est légitimement et au fil des années que Sigur Rós a commencé à devenir une des figures de proue des musiques « alternatives », si bien qu’il semble impossible que vous n’ayez jamais entendu parler de ce mélange singulier, fait d’un alliage tantôt pop tantôt un peu expérimental, de pureté absolue et de froideur islandaise.

Back into business…

Composé de 11 titres à durées variables, Takk doit être abordé dans son intégralité et avec un maximum d’attention. C’est le b-a-ba pour appréhender un album et vous le save, mais il n’est pas superflu de le répéter; c’est la seule façon d’espèrer apprivoiser le plein potentiel du nouveau-né, au tracklisting très équilibré, certes, mais peut-être moins directement immersif (mes deux premières écoutes « à la sauvette » furent moyennement concluantes), d’autant plus que certains thèmes sont récurrents, qu’ils se suivent ( « Með blóðnasir » qui suit « Hoppípolla » et le doublé « Gong »/ »Andvari ») ou qu’il ne s’agisse que de simples tonalités rémanantes.

Mais attaquons le plat de résistance : A quelle sauce vont-ils nous manger cette fois-ci?

A la manière des dessins et des pages laissées vierges du superbe « book » géant façon livre de l’édition limitée (digibook géant? Help please :-) ), Takk peint des tranches de vie un brin plus optimistes qu’à l’accoutumée, entre orchestrations bombastic voire post-rock (au sens Godspeedien du terme, cf. le très tendu « Glósóli ») et sensibilité à fleur de peau glaciale, caractéristique de Sigur Rós ( « Svo hljótt » , la deuxième partie de « Sæglópur », magique).

La voix de Jonsi semble parfois encore plus fragile et aiguë qu’auparavant , comprendre à la limite de la cassure (volontairement, surtout sur « Mílanó » ). Elle reste une des composantes essentielles du groupe et décide souvent de l’évolution des morceaux en symbiose avec les violons, violoncelles, basse et guitare (toujours jouée à l’archet) qui peignent un accompagnement en textures superposées plutôt que de jouer des lignes mélodiques d’un seul tenant. Selon le ton du morceau, ses intonations sont un peu plus variées qu’à l’accoutumée (« Hoppípolla »). A noter que « Mílanó » ainsi que « Gong » (superbe intro et final) sont de vieux classiques live du groupe qui les a enfin posés sur cd. Ils s’intègrent sans souci au reste de l’album.

Nouveauté importante : les résidus de l’EP « Ba Ba Ti Ki Di Do » (ou bien est-ce l’influence des AminA qui accompagnent le groupe en tournée? Plus probable..) se matérialisent dans l’utilisation d’un xylophone ou de patterns diffus qui trouvent leur place dans les intros ou dans certains morceaux fragiles et cajoleurs à l’image de « Sé lest », ou d’autres plus volatiles (« Andvari » ou l’outro « Heysátan » ); ces nuances contrebalancent les passages les plus enjoués, elles produisent un effet plus naif, contemplatif comme chez leurs compatriotes de Múm.

Takk n’est pas aussi tendu et monolithique que l’iceberg ( ).C’est un album très « pictural », une collection de 11 croquis de chaque instant. Des « tranches de vie » intimistes, songeuses, froides, amoureuses, rarement tristes mais toujours made in Iceland.

Il est vraiment conseillé de l’aborder sans apriori (pour le coup je m’adresse surtout aux initiés), comme l’effort d’un groupe nouveau. Plutôt accesible, même presque radiophonique par endroits (« Hoppípolla ») il est largement plus dynamique que ses deux prédécesseurs mais je ne pense pas que ça en fasse la porte d’entrée idéale vers le groupe. A vrai dire il n’y en a pas une de recommandée plus qu’une autre et peu importe où l’on débute, on peut découvrir sans problème les autres albums, les autres « observations » serais-je tenté de dire (j’ai connu le groupe avec ( ) et j’apprécie dans une fourchette de deux points les trois derniers albums du groupe , ça marche dans le sens inverse il paraît).

Pas besoin d’épiloguer ou d’entrer dans des considérations annexes , je ne suis pas trop de ceux qui aiment à tout replacer contextuellement dans l’évolution d’un groupe ou d’une scène (laquelle d’ailleurs?).

Takk est juste un très joli album. Ca ne va pas chercher plus loin que ça.

PS : L’album est disponible à l’écoute en intégralité, sans possibilité de zapping (bien joué), sur la page myspace du groupe PAR ICI.

  1. takk…
  2. glósóli
  3. hoppípolla
  4. með blóðnasir
  5. sé lest
  6. sæglópur
  7. mílanó
  8. gong
  9. andvari
  10. svo hljótt
  11. heysátan
Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

21 Commentaires

  1. Neurotool says:

    Un excellent album.
    Après quelques écoutes plus ou moins attentives, une p’tite préférence pour cet album tout frais par rapport au précédent, et ce , pour une simple et unique raison: la construction des morceaux est un peu plus pop (entendre plus accrocheuse mais tout est relatif!).

  2. Joss says:

    Bien joué Dev’ pour cette première chro ;-) Vais-je enfin tenter l’expérience Sigur ros ???

  3. melc says:

    j’aime bien le titre…

  4. igloo says:

    qu’est ce que c’est chiant sigur ros

    à écouter en sodomisant un pingouin sur la banquise pendant les longues soirées d’Hiver

    c’est exactement le style de groupe « branchés » qu’on a pas le droit de critiquer parce qu’ils sont intouchables du fait de leur intelligence supposée (vous comprenez, ils sortent des morceaux inacessibles pour le commun des mortels..Heureusement d’ailleurs)

  5. damien luce says:

    Vous voulez du bon post rock français complétement barré et diaboliquement efficace : VIVE LE ROUGE, ces pt s gars st de cherbourg (une contrée aussi bien glacée)
    voilà le site du groupe :
    http://www.vivelerouge.free.fr

    iLS PASSENT A PARIS le 19/10/2005 à guingette pirate.

    ne les loupez pas!!!! et ça changera un peu de ts ces groupes post rock avec lesquel on nous rabache les oreilles depuis trop longtemps!!!

  6. darkantisthene says:

    bon ben bienvenu quand même devin hein parce que là t’as ptêt pas choisi le groupe le plus fédérateur :D

  7. damienluce says:

    je me suis planté sur le site sorry c : http://www.vivelerouge.com

  8. Joss says:

    Hé c’est quoi cette promo au milieu des commentaires pour un autre groupe :-p
    Pas bien Damien !!!

  9. damien luce says:

    oh la pas bien damien!! Excusez moi je vais tt de suite me flageller!!!!! et me coucher….en écoutant le dernier sigur ros….sniff, sniff…

  10. Devin says:

    J’ai un peu (:D) hésité entre 16 et 17 pour la note , mais il me semblait important de dire que Takk est vraiment excellent , même si leur meilleur album restera à jamais « ( ) » en ce qui me concerne.

  11. Uriel says:

    Welcome to the jungle, Dev! ;-)
    Excellente chronique, bien structurée et qui retranscrit bien l’aventure menée par Sigur Rós sur cet album. Une orientation sensible et intelligente après un « ( ) » aux allures de testament.

  12. Neurotool says:

    @ Joss: tu vois qu’il y a beaucoup plus à contre-courant que moi…;-)
    Excellente chronique en attendant pour notre cadet! ;-)

  13. Devin says:

    Takk.. (désolé mais je l’avais pas fait dans la chro ;-) )

  14. Devin says:

    @igloo : au contraire je trouve que c’est très facile d’accès comme musique.. mais c’est vrai que souvent y’a intéraction d’emblée ou « rejet » .. Y’a des groupes comme ça :)

  15. Third_Eye says:

    ui igloo pt rester ds son igloo (je c elle est facile) s’il pense q ses gouts st les meilleurs chakun son trip koi!
    bref en tant q fan de sigur ros (découverts avec () comme bcp) j’ai vraiment adoré ce nouveau bijoux….tantôt réminiscent tantôt inovant…ma préférence pour Gong ^^. sigur ros reste un groupe à part surtt par le fait k’ils st les seuls à faire ce genre de music liée à la voix sublime Jonsi. q les détracteurs s’amusent de nous ils n’y changeront rien. sigur ros envoutent et fait frissonner nos tempans de grâce…enjoy!

  16. Joss says:

    Tiens on peut envoyer des commentaires depuis son portable ? que de progres !!!

  17. damien luce says:

    t’as pas fini de faire chier le monde toi!!!!

  18. darkantisthene says:

    ‘tain mais c’est fini ici les connardises oui ??!! on s’entend plus taper sur le clavier!!

  19. kollapse says:

    Lol Joss moi qui trouvait justement sa manière d’écrire très texto-gsm…et donc presqu’incompréhensible.

  20. jonben jonben says:

    Pour revenir au sujet, ils ont vraiment des voix de lutins sous champys!

  21. Joss says:

    @ Jonben : mdr, ouais c’est un peu ça ! et d’ailleurs elle me gênent ces voix :-(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *