We Insist! – Oh! Things Are So Corruptible

Pas de commentaires      1 057
Style: jazz/rockAnnee de sortie: 2007

We Insist! est une formation à part dans la scène rock française, c’est le moins qu’on puisse dire, d’ailleurs le groupe y navigue à l’aveugle depuis un bail (1995!), sans arriver il faut dire à vraiment se faire un nom. Ils insistent néanmoins, car Oh! Things Are So Corruptible est le 5ème album de ces 6 musiciens encore soudés après les années, toujours désireux de composer de nouveaux albums et tâter de la scène.

Le précédent album du groupe, Crude, ne m’avait pas marqué plus que cela et je l’avais peut-être trop vite relégué aux oubliettes, car celui-là a directement attiré mon attention dès les premiers titres. L’énergie de « An Architect », le gros riff cadencé de « Imperial Catechism », le groove de « Seclusion », les titres se succèdent et retiennent l’attention, sans être indigestes malgré l’orientation ouvertement aventureuse du groupe et ses structures alambiquées. C’est avant tout des chansons, courtes et courant droit au but, certes sans passer par le chemin le plus évident.

We Insist! est une formation rock atypique, piochant dans le metal (prog?) un certain sens du riff percutant et dans le jazz ses élans improvisés. Le groupe écoute manifestement du metal, ou du moins du rock dur, mais n’emprunte pas pour autant de distorsions puissantes et de rythmiques rouleau compresseur. Avec subtilité, ils gardent un son rock comme il se jouait avant que le « gros son » ne devienne une habitude, plus 80s qu’actuel donc sauf que ça envoie sec par moments, preuve en est un « Half Awake » qui, joué par un groupe thrash, serait des plus décapants. En fait, le groupe axe son côté percutant sur une basse mise en avant, souvent slappée façon Primus, prise d’effets distordants. L’aspect jazz est à l’évidence renforcé par les 2 joueurs de saxo du groupe même si finalement leur présence reste en second plan derrière les guitares. Ils sont utilisés avec parcimonie, la plupart du temps pour souligner certains passages jazz/rock psychés (la fin de « Time Is Lazy »), ou pour quelques lignes free jazz improvisées à la John Zorn (« Half Awake », « The Sailor »). Le batteur est aussi chanteur, ce qui l’oblige à jongler entre les 2, parfois à frapper d’une main tout en maintenant le micro de l’autre, mais ses parties rythmiques ne sont pas pour autant délaissées. Le chant est exclusivement en anglais nasillard, souvent scandé. Cette voix est tout de même assez spéciale, rapprochant le groupe de la scène indé aux voix à moitié chantées et nonchalantes mais elle emprunte des lignes mélodiques de qualité.

Rien qu’à voir les composantes de leur musique, We Insist! crée donc un joyeux fourre-tout d’où se dégage un son bien à eux, reconnaissable, et je me garderais bien de faire des comparaisons avec des influences supposées car on a vraiment à faire à un groupe innovant. Le défaut principal de la musique de We Insist! est peut-être d’être trop particulière pour être universelle, ce Oh! Things Are So Corruptible se digère à petite dose mais avec une certaine délectation.

  1. an architect
  2. imperial catechism
  3. my own delight
  4. seclusion
  5. the great disorder
  6. half awake
  7. no coward
  8. time is lazy
  9. exhausted
  10. the sailor
  11. down to the cellar
  12. early recollections
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 510 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *