Camilla Rhodes – Like the World Love On the Lips of a Harlot

8 Commentaires      1 387
Style: metal hardcoreAnnee de sortie: 2005Label: Galy Records

Tout amateur/fan/adorateur/admirateur de David Lynch sait qui est Camilla Rhodes. Je suis amateur/fan/adorateur/admirateur de David Lynch, et n’ayant pas le temps d’étaler mon modeste savoir cinématographique, Mulholland Drive coûte 8 euros port compris sur Amazon.

Nous sommes bien loins de l’univers énigmatique, chaotique, et soigné à l’extrême de David Lynch. Les canadiens sont bons dans ce qu’ils font. Bons, sans plus, mais la nuance est compliquée. Ici, je vous demande de bien vouloir jeter un oeil à la note que j’ai mis à ce disque.

Merci.

[mode coup de geule].
Règle n°1 : Ne chante pas avec une voix claire si tu ne sais pas chanter avec une voix claire.
Règle n°2 : Si tu veux absolument chanter avec une voix claire, prends des cours.
Règle n°3 : Si tu ne sais pas placer ton chant clair, aies l’amabilité et l’extrème obligeance de fermer ta putain de geule de merde.
Règle n°4 : Si tu ne sais pas placer ton chant, aies l’amabilité et l’extrème obligeance de fermer ta putain de geule de merde.
Règle n°5 : Lorsque tes camarades écrivent un riff à faire des os de mamie de la poudre de lait, ne miaule pas dessus, ABRUTI.
Règle n°6 : Si tu veux vendre, fais de la pop, connard, et arrête de gâcher ma musique.
Règle n°7 : Si tu dois te forcer pour brailler, ne te force pas, et tais toi.
Règle n°8 : Ferme. Ta. Gueule.
[/mode coup de geule]

La musique de Camilla Rhodes est réfléchie et très intéréssante (ah la fin de « Women And Childen First »…). Des avancées poussives et brutales de riffs à l’efficacité indéniable, aux accalmies accoustiques certes cliché mais, il faut l’avouer, soignées (« The Endless Chain Of Tedious Days »), en passant par d’innombrables dissonances pour ainsi dire jouissives, il est de rigeur de faire preuve d’objectivité en rendant à César ce qui lui appartient: les canadiens savent écrire.

Cinq paragraphes et on ne sait toujours pas de quoi il s’agit. Parfois je me demande si l’eau de mon robinet n’est pas sponsorisée Smirnoff…
Camilla Rhodes appartiennent à cette vague qui ne cesse de prendre de l’ampleur de groupes de metal/hardcore/blabla/etc. Mais à l’inverse de tous les fils à papa s’efforcant de masturber leurs manches à des vitesses ridicules, les jeunes québecois gagnent mon respect à force de riffs solides, de structures survitaminées et agencées comme il se doit, sur un son ni trop propre ni trop sale. Image mentale Converge, Norma Jean, Bright Ophidia, The Black Dahlia Murder, et à moindre niveau, The Ocean. Clic!

Au-delà de toute consonnance cognitive musicale; cette voix surmixée, baclée (« Johnny Utah’s On the Case »), mal éxecutée (« You’ve Changed The Color Of Autumn, Good Fortune Means Nothing »), au timbre trop souvent agaçant (et pourtant parfois très agréable) et aux placements horribles (« Good Fortune Means Nothing » – ce morceau mérite d’être instrumental…), se trouve être le vers dans ma belle pomme. « Like the word love on the lips of a harlot » est une réussite musicale, détruite par un idiot qui ne sait ni chanter, ni crier. Tout juste sait-il écrire des paroles qui ne puent pas. Si vous le coisez un jour, jetez-lui quand même une pierre à la geule de ma part.

Je suis cependant content d’apprendre qu’il ne fait plus partie du groupe. Youpi.

  1. intro
  2. if dreams are like movies, then memories are like ghosts
  3. johnny utah’s on the case
  4. you’ve changed the color of autumn
  5. good fortune means nothing
  6. women and children first
  7. the endless chain of tedious days
  8. the new england hiliday
  9. lost on the way to the light

Chroniqueur

OY C

"Sticking feathers up your butt does not make you a chicken." -- C.P.

OYC a écrit 42 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

8 Commentaires

  1. k-morgan says:

    Je ne connais pas du tout le groupe, mais ta chro est excellente!
    Et pis j’aime bien D.Lynch aussi
    Et pis voilà
    Bon j’irai jeter une oreille sur ce que ça donne quand même

  2. Julian says:

    Moi je trouve ta chronique très maladroite justement !
    Si tu n’aimes pas un groupe pour une raison qui t’es propre. Je ne vois pas l’intérêt de le chroniquer.
    C’est vraiment facile de casser un groupe comme ça.
    Je crois que le « coup de gueule », tu pourrais peut etre l’envoyé directement au gens concerné…Meme si je doute qu’il en ai à faire grand chose.
    Bref !
    Je trouve lamantentable de chroniquer pour casser. Je ne connais pas ce groupe…Mais en attendant de savoir si ton eau du robinet est coupée à quelque chose…Mais y déjà un peu de finesse !
    Cordialement,
    Ju

  3. fewz says:

    chroniquer pour casser un jeune groupe inconnu: on peut effectivement se poser la question du pourquoi et du comment. Mais en même temps, si le groupe sort un disque (et l’envoit afin qu’il soit chroniqué) il s’expose à la critique, positive ou négative,et ce, pour des raisons objectives ou subjectives… les canadiens essuient là une critique négative, ils sont là pour ça aussi, non?

  4. OYC says:

    Alors avant tout: mais lol.
    Julian, as-tu vraiment lu la chronique? Si oui, l’as tu comprise? Si pour toi dire d’un album que c’est « une réussite musicale » qui « gagne mon repect », c’est la casser alors je ne sais plus parler français… Les gens se sont habitués aux chroniques ultra-positives, et aux chroniqueurs qui ne chroniquent justement que ce qu’ils aiment. Ce n’est pas ca le rôle du journaliste, du chroniqueur ou de l’analyste en général. Y’a aussi du moins bon dans la musique hein, voire du médiocre. Lis et relis ma chronique (toi aussi fewz), et essaie de comprendre que je ne pourris pas du tout le groupe, mais le chanteur. Ensuite, écoute l’album. Tu comprendras (peut être?) un peu mieux.
    Et puis merde j’ai pas à me justifier. Le chanteur est nul. Point.

  5. Julian says:

    Oui j’ai bien lu la chronique, je l’ai tout aussi bien comprise. J’ai bien vu que tu n’aimais pas le chanteur…et que musicalement, tu trouvais que ça tenait la route. Par curiosité, je suis allé écouter l’album. C’est sûr que le placement du chant n’est pas très subtile et lasse très vite l’auditeur. Mais apres, le coté braillard n’est pas si mal ! Tout ça reste donc tres subjectif !
    C’est donc plus dans la forme que dans le fond que je suis interloqué !
    En effet, je suis entièrement d’accord qu’a partir ou tu commences à faire circuler tes experimentations musicales, tu t’exposes à toutes les critiques, des plus constructive au moins interessante, et ce; qu’elle soit bonne ou mauvaise. Là n’est pas le propos…Lorsque tu joues dans un groupe, tu dois accepter qu’on ne puisse pas forcément apprecier ton boulot !
    Apres je ne suis pas fan des methodes qui consistent à casser le dit groupe à la vue de tous, notamment dans certains média tel qu’Internet, qui plus est sur un webzine qui à une bonne dose de fréquentation !
    En fait, tout cela me rappelle l’evenement de Slipknot au Furry fest 2005. Tous ces abrutis qui leur ont jetté des bouteilles de pisse et autre joyeuseries du genre ! Je trouve ça minable !
    Si tu n’aimes pas un groupe qui passe en live dans un festival ! Tu te casses et c’est tout ! Tu restes pas là comme un naze à chier dessus. L’effet aurait été beaucoup plus deconcertant pour eux que de jouer devant un public éparsse !
    Quant à ta reflexion sur les « chroniques ultra positives »…Là aussi y’a de l’exageration ! A moins de lire Rock Sound, j’ai rarement lu des chroniques qui faisait l’eloge d’un groupe du début à la fin…Reste à se rendre compte que s’il est chroniqué c’est souvent quand même du à ses qualités plus ponderantes que les défauts !
    Cordialement,
    Ju

  6. Marc says:

    Je vois pas où est le problème, Oyc a un cd à écouter et il veut le chroniquer, il a le droit de dire ce qu’il en pense, surtout qu’il n’y a rien d’insultant. Faut arrêter de manger du Bisounours les enfants, les chros c’est pas fait que pour sucer des bites. Si on ne veut rien risquer, on ne sort pas de disque…. surtout que la chro d’Oyc n’est pas franchement méchante.
    La comparaison avec SlipKnot m’aura au moins fait sourire.

  7. fewz says:

    OYC t’as pas à te justifier, c’est bien vrai.
    oui bon,c’est vrai j’ai écrit : « les canadiens essuient une critique négative »,j’aurais plutôt du mettre « le chanteur essuie une critique négative », ok… mais…mais pourquoi je me justifie moi aussi… merde, non mais oh! :p

  8. bitriplex says:

    Je découvre seulement. Je trouve ça pas mal, musicalement. La voix ne me procure aucune sensation, ni négative ni positive : indifférence. La chro m’a bien fait rire. Julian, adepte de la censure de chroniques négatives? : |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *