Looking For John G – Rosse

3 Commentaires      1 068
Style: indie mathAnnee de sortie: 2006Label: Distile Records

Pour qui suit de près ou de loin la scène indé parisienne, Looking For John G devrait être un nom croisé au hasard d’un flyer, d’un concert ou autre. Après une première demo cousue main (véridique), le trio s’est enfermé un week-end pour enregistrer live ce Rosse. Le format dudit disque navigue entre le Ep et le Lp, il ne comporte que 6 titres mais il suffit amplement pour affirmer que LFJG sera un groupe sur lequel compter dans les mois et années à venir, tellement la qualité est au rendez-vous.

Enregistrer en condition live cela veut dire admettre l’éventualité de quelques approximations, mais en contre-partie gagner une puissance et une énergie décuplée, une complicité évidente. Cela veut dire aussi un mix global plutôt que pointilleux sur chaque instrument. Ici, les gaillards ont tellement bossé leur musique que d’approximations on n’en décèle pas. Mais de la complicité, de l’énergie, de la vie à foison. Indie-Math disent-ils. Effectivement, dirais-je. La musique se range plutôt dans le rayon rock, avec toutefois de gros passages bien lourds et puissants, et avec des constructions aux antipodes de la structure classique couplet-refrain habituelle.

Alternant passages relativement calmes et accélérations bien senties, Rosse dévoile un groupe qui affiche une surprenante maturité malgré son jeune âge. La construction du disque en elle-même est remarquable, la tension sous-jacente explosant lors de la fin (exceptionnelle d’émotion, de puissance) du 5ème morceau « Sounds like in inverness », où Guillaume fait preuve d’une sacrée maîtrise de son chant (qui m’a fort étonné et constitue l’un des points forts du disque), à la fois fragile et affirmé, à la limite de la fêlure, avec une mélodie fameuse. Cette fin vaut à elle seule l’acquisition du disque. Mais les autres morceaux proposent tous de jolies choses, voire des choses excellentes, des petites trouvailles, un jeu de question-réponse entre Guillaume et Brice quasi permanent. Le duo basse-batterie constitue la base du trio, la basse sautillante ou puissante, la batterie aérienne et subtile. Sur ce substrat la guitare s’appuie en volutes douces ou plus acérées, faisant preuve d’un jeu personnel et inspiré et utilisant au mieux les effets (« Paw paw paw »). Ca sent le talent, monsieur, je ne vous dis que ça !

Looking For John G est un groupe plus que prometteur, il peut déjà presque se poser en héritier de la scène glorieuse des 90s, à l’instar de groupes tels Enregistré Par Steve Albini ou Moller Plesset par exemple. Portobello Bones, Deity Guns, Bastards et consorts, reposez en paix. La relève est en marche et elle fera mal. Très mal.

  1. axis of love
  2. boredom in slow motion
  3. paw paw paw
  4. derrabas
  5. inverness
  6. poney d.
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. Alexia says:

    Un excellent « album » valorisé par des compos très inspirées, on a véritablement affaire à des mets de qualité…à savourer d’urgence donc et je ne peux que recommander de les voir en concert, c’est énorme !!

  2. melc says:

    indie-math….
    décidément je déteste toutes ces appelations à la con…

  3. Florent says:

    Rock indé + structures peu évidentes = indie math. Ca me va comme catégorie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *