Mewithoutyou – Catch For Us the Foxes

1 Commentaire      1 173
Style: post indie rockAnnee de sortie: 2004Label: Tooth & Nail Records

Mewithoutyou est un groupe à part sur la scène emo actuelle. Découvert en 2003 avec un premier album, A-B Life, leur rock émotionnel lumineux combine des éléments rock, hardcore, pop et jazz. La force de cette musique vient du contraste entre un chant abrasif et des mélodies aux sonorités indie rock. Sur les traces d’un At The Drive In ou d’un Fugazi, Mewithoutyou nous propose une musique rageuse et poétique.

Mewithoutyou est né sur les cendres de The Operation, première esquisse des frères Weiss. La sortie d’un EP avec Kickstart Audio leur permet de signer sur Tooth & Nail pour la sortie de leur premier album. A l’image d’un artwork magnifique, les 5 membres de Mewithoutyou dessinent leur musique à coups de riffs sensibles, d’une basse rampante et d’une batterie puissante.

« Torches Together » ouvre le bal, la voix si particulière d’Aaron Weiss embrase la toile de ses mots cinglants tandis que la batterie martèle sa rythmique endiablée accompagnée de guitares rugissantes. Une alchimie mystérieuse s’opère, la beauté délicate des mélodies est accentuée par ce chant à la force tranquille, mi-parlé, mi-hurlé.

Le travail avec Brad Wood, producteur des Smashing Pumpkins, conduit la musique du groupe dans des univers subtiles et sensibles. L’intelligence des arrangements permet à ce Catch For Us the Foxes d’installer une atmosphère passionnée. A l’image de « My Exit, Unfair » et son intro éthérée, chaque morceau révèle une véritable richesse musicale. Le groupe ne tombe jamais dans la facilité ou la surenchère. Sur « Disaster Tourism » les effets, delays, distorsions et autres reverbs de guitares virevoltantes, se plient au service d’une mélodie aux accents cold wave.

La palette musicale de Mewithoutyou mélange habilement un « Leaf » aux sonorités psychédéliques, la lente montée en puissance de « The Soviet », et l’urgence rock d’un « January 1979 ».
Parfois, la douceur d’un chant clair accompagné d’une mélodie pop vient nuancer l’omniprésence d’un chant vindicatif. La musique s’enrichit alors de nouvelles teintes, la pop anglaise d’un Idlewild sur « Paper Hanger Pop » et son refrain catchy côtoient le chant tribal de « Four Word Letter (Pt. Two) ».

A l’instar de groupes tel que Underoath ou Dead Poetic, Mewithoutyou fait partie de la scène « Christian Core » américaine dont les labels Tooth & Nail et Solid State sont les fers de lance. Les textes du groupe abordent la question de la foi et multiplient les références à Dieu et à la spiritualité. Aaron Weiss, à la manière d’un évangéliste, parle de son combat pour devenir l’homme et le chrétien qu’il voudrait être. La proclamation de « God is love and love is real » sur « The Soviet » refroidit quelque peu l’enthousiasme de l’auditeur. « Four Word Letter (Pt. Two) » relève même de l’expérience mystique lorsque Scotty des Psalters (Les « musiciens de la bible » !) fait son apparition et entame une lente prière accompagnée par le rythme hypnotique des instruments.

Le rock émotionnel de Mewithoutyou étonne par sa riche complexité. Peintre des sentiments, le groupe déploie une énergie à la fois punk et sophistiquée. Même si le message religieux prêché avec conviction par un chanteur/prédicateur peut finir par lasser, la sensibilité des guitares aux sonorités atmosphériques et une section rythmique au groove infernal, empêche tout mauvais esprit et permet au groupe d’imposer son style unique.

  1. torches together
  2. january 1979
  3. tie me up! untie me!
  4. leaf
  5. disaster tourism
  6. seven sisters
  7. the soviet
  8. paper hanger
  9. my exit, unfair
  10. four word letter (pt. two)
  11. carousels
  12. son of a widow
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Seb says:

    Bon deuxième album de MWY selon moi, qui change un peu ses horizons par rapport à l’album précédant. Celui-ci me parait bcp plus accessible et mélodique que « A-B Life » mais je regrette néanmoins le manque d’oiginalité sur cette deuxième galette. « A-B Life » était bcp + risqué, moins accesible, mais très, très aboutti…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *