Saosin – Saosin

2 Commentaires      1 392
Style: emocoreAnnee de sortie: 2006Label: Capitol Records

Saosin est un groupe américain dont on entendait beaucoup parler à une époque sans qu’on ne voit arriver d’album. Les quelques démos et surtout l’EP Translating The Name (2003) ont contribué à leur faire un nom, ainsi que leurs nombreuses tournées depuis 3 ans avec les groupes les plus connus du mouvement emocore. Leurs morceaux ont également été écoutés des millions de fois sur le net, sur myspace entre autres.
Le temps de changer entre temps de chanteur, Saosin sortent donc seulement maintenant leur 1er album et on ne s’étonnera pas qu’il se soit vendu à autant d’exemplaires dès sa première semaine de sortie aux Etats-Unis (et en Angleterre mais nullement ailleurs), tant l’engouement autour de ce groupe reste intact même si le style de leur musique est un peu passé de mode.

Translating The Name mêlait habilement une voix de minot -aigue et assez cliché du style il faut l’avouer- sur fond de guitares acérées jouées avec toute l’énergie du desespoir adolescent. Ce 1er album éponyme, malgré des changements de line-up reprend un peu près où ils s’étaient arrêtés, la musique a peu changé et le nouveau chanteur dévie peu par rapport à l’ancien. On pense ici plus à Senses Fail, He Is Legend ou aux premiers Open Hand et The Used qu’aux Taking Back Sunday et autres emoboys popisés à la conquête des charts US. Même si la musique de Saosin est clairement un rock très lisse, elle récupère des touches de métal et de punk/hardcore pour ajouter de la dynamique et de l’accroche à l’ensemble. En somme de la pop qui n’hésiterait pas à commercer avec de grosses guitares et des rythmiques martelées. Pour ceux qui connaissent Translating The Name, le groupe se revèle tout de même un peu moins énervé ici, le côté metal, les riffs melodeath et plans à la double sont plus rares, mais les compos sont aussi plus mature, mieux ficelées.

Maintenant l’élément qui fachera la plupart mais qui ne me dérange pas le moins du monde est la voix bien aigue de gamin à peine pubère du chanteur, carrément angélique par moment, très souvent doublées de choeurs, une voix cliché au possible sûrement mais adéquat.

Le premier morceau est un très bon exemple du reste de l’album, « It’s Far Better To Learn » montre un groupe capable d’associer des cocottes thrashy avec des choeurs enfantins harmonisés, de poser du taping sur des refrains à l’esprit punk, d’insérer des breakdows hardcore sur un fond rock que ne renieraient pas les teen-movie américains. C’est énergique et en même temps joyeux, juvénil sans être débile, les guitaristes se démènent, parsèment la musique du groupe d’harmonies de guitare d’inspiration metalcore qui sonnent, le batteur est franchement très bon et n’hésite pas à tabasser ses futs.

Saosin se révèle à mon avis clairement comme un des meilleurs groupes du genre sur ce premier album. La plupart des morceaux de l’album sont la veine du premier, urgents et positifs, des morceaux rock énergiques directs et mélodiques. Quelques uns sont également moins réussis, tombant plus facilement dans la balade jouant son rôle d’appat sur mtv2 comme le single « Voices », sûrement un des morceaux les plus « bateau » niveau chant, mais l’album dans sa globalité m’enchante, m’égaye et je ne demande pas plus en ce moment.

PS : pas besoin de préciser que les amateurs exclusifs de raw black ou de post-hardcore malsain risquent la crise cardiaque à l’écoute de cet album.

  1. it’s far better to learn
  2. sleepers
  3. it’s so simple
  4. voices
  5. finding home
  6. follow and feel
  7. come close
  8. i never wanted to
  9. collapse
  10. you’re not alone
  11. bury your head
  12. some sense of security
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 500 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. Bobby Johnson says:

    ouais, bon p’tit groupe SAOSIN ! c’est clair que ça casse pas trois pâtes à un canard comme ça d’un premier jet, mais il faut bien admettre qu’ils ont leur petit truc bien à eux, autrement dit un certain charme, au fil des écoutes ! ceci dit je trouve assez frustrant le transfert d’un nouveau chanteur ayant une voix ressemblante(pour ne pas dire plagiée), mais au final moins percutante et singulière que celle de son prédécesseur, désormais frontman de l’excellent CIRCA SURVIVE, autrement plus personnel et novateur, que je te conseille vivement en cette monotone fin d’année ! a bon entendeur………..

  2. KotL says:

    Très sympa ce groupe, je l’attendais depuis un bail, me suis jeté sur l’album à sa sortie (sans vraiment savoir pourquoi), et je le réécoute ces temps-ci, ben c’est toujours aussi goutu et efficace quoi qu’on en dise !
    Ps: je suis grand amateur de post-hardcore et de drone qui tache…
    eh ouais…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *