Boneflower – Armour

Pas de commentaires      2 344
Style: screamoAnnee de sortie: 2020Label: Dog Knights Productions/Zegema Beach Records/The Braves Records

Inattendue révélation live lors du Fluff Fest 2018, les madrilènes de Boneflower reviennent sur album avec Armour. Il faut dire qu’ils n’avaient pas vraiment disparu des radars depuis Empty Rooms, Full Bodies (précédent long-format datant de 2017) puisque le trio a livré pas moins de cinq singles entre-temps. Deux d’entre eux (« Starless » et « Saltpeter ») figurent donc sur ce nouvel album dont la globalité s’apparente une fois de plus à une expérience émotionnelle unique.

Le screamo des espagnols est en effet singulier. Comme tout album traditionnel du genre, ce sont les cris désespérés mènent les débats, nous entraînant dans une tornade de tristesse, sauf que chez Boneflower le vocaliste délaisse de temps à autre ses cris pour des passages chantés, tout aussi poignants et jamais surjoués. Ce surplus mélodique apporte réellement à la musique du groupe, ce qui est vérifiable dès « Saltpeter », condensé de rage (avec blasts) et d’énergie (au refrain mémorable).

La suite sera du même acabit, entrecoupée de jolis interludes instrumentaux contemplatifs (habitude post-rock conservée depuis Empty Rooms, Full Bodies et qui permet quelques respirations entre deux déferlantes), Boneflower y alternant tendresse et accès plus abrasifs (sur « Starless » notamment). Mélange équilibré à base d’émotions immédiatement transmises à l’auditeur, cet album est d’une beauté nostalgique pure, invitant à un voyage introspectif pour un déterrage de souvenirs sentimentaux (regrets comme moments plus heureux), et finira par percer votre Armour.

Après Viva Belgrado et Drei Affen, l’Espagne confirme son statut de terre promise du renouveau screamo européen, et Boneflower s’y affirme comme un indispensable à tout amateur du genre.

  1. Saltpeter
  2. Vestiges
  3. Bromelia
  4. Perennial
  5. Polarity
  6. Boötes
  7. Starless
  8. Phosphorous
  9. Tangled
  10. Whitney

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *