Dinosaur Jr. – Beyond

2 Commentaires      1 181
Style: indie rockAnnee de sortie: 2007Label: Fat Possum Records / PIAS

Au début de l’année 2005, c’est en rééditant les trois premiers albums de son combo mythique que J. Mascis (chant/guitare) va, sans le savoir, relancer la machine Dinosaur Jr., dont l’aventure s’était arrêtée en 1997, alors qu’il était plus ou moins seul maître à bord. Suite à ces rééditions, le groupe reçoit une proposition d’un show TV afin d’y jouer dans son line-up original, et se laisse tenter par l’expérience. Cette apparition télévisuelle servira de déclic au trio, qui n’avait pas joué dans sa configuration de base depuis la fin de la tournée de l’album «Bug», en 1989.
Les tensions et règlements de compte par chanson interposée entre J. Mascis et le bassiste Lou Barlow (géniteur de l’excellent groupe Sebadoh) semblent donc oubliés, et le groupe annonce une tournée de reformation qui passera un peu partout dans le monde entre 2005 et 2006.
Durant cette tournée, le groupe n’interprétera que des morceaux issus de leurs trois premiers albums (soit «Dinosaur», «You’re living all over me», et «Bug», respectivement sortis en 1985, 1987, et 1988), comme pour faire fi de la période où Dinosaur Jr. était LE groupe de J. Mascis. C’est d’ailleurs durant les années quatre-vingt dix – et aussi suite à l’explosion du grunge –, que le groupe va se faire connaître d’un plus large public et rencontrer un certain succès avec des albums tels que «Green mind» (1991), «Where you been» (1993), ou encore «Without a sound» (1994). L’album «Hand it over», qui paraît en 1997 et sera la dernière production de J. Mascis sous le nom de Dinosaur Jr., ne marquera pas spécialement les esprits, même s’il reste d’excellente facture tout en étant un poil plus aventureux que ses prédécesseurs.
Le bonhomme continuera son petit bout de chemin en sortant deux albums solo («More light» en 2000, et «Free so free» en 2002) sous le nom de J. Mascis and The Fog.

C’est bien joli tout ça me direz-vous, mais qu’en est-il de cette nouvelle offrande ? Car lorsqu’on peut se targuer d’avoir influencé des groupes tels que Sonic Youth, Pavement, ou encore Nirvana, on s’imagine aussi que pas mal de « puristes » vous attendent au tournant et ne laisseront rien passer, surtout en cette période où les annonces de reformation tombent comme la pluie en octobre.
Soyons clairs d’entrée de jeu : avec «Beyond», Dinosaur Jr. reprend les choses là où il les avait laissées et réussit son come back discographique avec brio.
Le doute n’a même pas le temps de s’installer, car une fois la touche PLAY appuyée on retrouve avec un plaisir non dissimulé la guitare au son cradingue, râpeux et ultra saturé de Jay, ainsi que sa voix plaintive et nasillarde – véritable marque de fabrique du groupe –, qui sait aussi se faire plus douce et intimiste sur certains titres.
A cela vient s’ajouter le jeu atypique de Lou Barlow, qui se marie toujours à merveille aux coups de baguettes assénés par un Murph en grande forme et dont le jeu, oscillant entre subtilité et urgence, est toujours aussi agréable à entendre.
Les morceaux s’enchaînent et l’auditeur n’a pas d’autre choix que de se laisser happer par ce maelstrom saturé, ponctué par les fameux soli interminables et tout simplement hallucinants de J. Mascis, qui prouve une fois de plus qu’il est loin de posséder deux mains gauches.
Les compositions font mouche à chaque fois, et ont même un petit arrière goût de Sebadoh lors de certains passages. Lou Barlow pousse d’ailleurs la chansonnette sur deux titres qu’il a écrits («Back to your heart» et «Lightning bulb« ), et ces derniers passent comme une lettre à la poste et restent tout à fait cohérents par rapport au reste de l’album. La complémentarité du style d’écriture et la nuance vocale des deux bonshommes fonctionne à merveille et font de cet album un véritable concentré de tubes.
En ce qui me concerne, il n’y a rien à jeter sur cette nouvelle production. Des morceaux tels que «Almost ready», «Pick me up», «Been there all the time», «Back to your heart», ou encore «It’s me», nous démontrent que le groupe n’a rien perdu de sa fougue d’antan, tout comme lorsqu’il lève le pied pour nous gratifier de titres plus posés et à l’ambiance tantôt bluesy («Crumble»), tantôt plus intimiste («We’re not alone» et le magnifique «I got lost» en tête).

Ayant toujours été un grand fan du combo, je dois avouer que j’ai été sacrément bluffé par ce cru 2007 que je ne peux que vous conseiller vivement. Les fans de la première heure devraient être comblés, car on y retrouve tous les ingrédients qui ont fait le succès du groupe par le passé, et ce «Beyond» est à mon avis une formidable occasion pour les néophytes de se pencher sur le groupe.

D’ailleurs, je vous invite à aller faire un tour sur la page myspace du groupe, où l’intégralité de l’album est écoutable en streaming, et où vous trouverez aussi la vidéo du premier single «Been there all the time» où un certain Thurston Moore fait une apparition, ainsi que les dates de la tournée 2007.

Un disque magique qui téléportera les plus nostalgiques d’entre vous directement au beau milieu de la scène alternative du début des années quatre-vingt-dix. Moi j’y retourne …

  1. almost ready
  2. crumble
  3. pick me up
  4. back to your heart
  5. this is all i came to do
  6. been there all the time
  7. it’s me
  8. we’re not alone
  9. i got lost
  10. lightning bulb
  11. what if i knew
Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. Neurotool says:

    Album sympathique mais sans surprise. Même flegme, même ficelles, même soli. Un album qui laisse un goût doux amer, tant on se demande le réel motivation de cette production… Perso je préfère retourner vers leurs premières productions si je me sens envahi d’une vague nostalgique tant ces nouvelles compositions me semblent anachroniques malgré leur qualité.

  2. Sixtus says:

    Je suis du même avis que Neurotool… Un bon album mais aucune surprise ou prise de risque à l’horizon… Un album calibré dans le même moule que Where You Been (une référence en ce qui me concerne) mais qui fait se poser des questions sur l’intéret de leur reformation, surtout lorsqu’on lit dans les interviews récentres du groupe que les albums préférés de Jay en ce qui concerne Dinosaur Jr sont les deux premiers… Et avec cet album, on lorgne plutôt du coté de la période Where You Been – Without A Sound (la plus vendeuse ?) En tout cas, ça reste un bon disque, agréable à écouter , et bien meilleur que les dernières livraisons de Jay… En plus, on peux le trouver à très bon prix sur Amazon, alors les nostalgiques, allez y !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *