Yearning – Merging Into Landscapes

1 Commentaire      952
Style: doomAnnee de sortie: 2007Label: Holy Records

Presque 12 ans que le superbe With tragedies adorned est sorti, et Yearning continue son petit bout de chemin tranquillement, comme un bon compagnon de route. Et nous offre ici son 5eme album. Un long chemin de mélancolie, de douleurs et de doom metal. Car en bon Finnois, Juhani Palomaki, tête pensante et seul membre perpétuel du projet, aime le doom. Pas celui qui émerge du Sab’, plutôt celui qui vient du Reverend Bizarre, Candlemass : metal quoi.

Yearning peut se targuer d’être l’un de ces groupes immédiatement identifiable : mélodies enchevêtrées omniprésentes, riffing lourd mid-tempo plutôt que lent, et surtout une voix qui est certainement l’une des plus belles qui soit dans ce créneau musical : une tessiture impressionnante, une profondeur abyssale, des mélodies superbes… Le Yearning trademark !

D’aucuns considèrent le précédent album Evershade comme la pièce maitresse du groupe finlandais, probablement à raison tellement il tutoie la perfection. La succession d’un tel monument n’est pas chose aisée. J’ai en premier lieu eu du mal à rentrer dans Merging et j’ai dû forcer le verrou pour finalement en venir à penser que cet album est lui aussi très proche de la perfection, dans une voie un peu moins « lumineuse » que son aîné (ouais je le trouve lumineux Evershade, une lumière d’aurore boréale). Merging propose un doom plus sombre, plus direct qu’auparavant, et une fois de plus le travail sur les voix est phénoménal. Le morceau liminaire (je zappe l’intro) Kaleidoscopic inscape pue le retour vers les sonorités de With tragedies adorned, avec des guitares lourdes, lentes. Ce morceau constitue d’entrée un tour de force musical qui met tout le monde d’accord : Yearning va encore nous offrir un moment de beauté pure. Et le reste des morceaux ne fait que confirmer cet état de fait : c’est un Juhani Palomaki en grande forme qui a composé cette nouvelle pépite de doom melodique. Citons en vrac quelques morceaux d’anthologie : October rain, Lethean waters, Dead, The dying morn… Une lenteur, lourdeur mélancolique prenante, une introspection évidente, des mélodies évidentes ou sous-jacentes empreintes de tristesse désabusée : le doom version Finlande à son meilleur. De plus, les plages acoustiques et une utilisation renforcée des claviers montrent là aussi une maitrise évidente des textures sonores nécessaires au bon cheminement d’un grand album. Ah et puis une bonne nouvelle : Tiina, qu’on n‘avait plus entendue depuis Frore Meadow, revient poser quelques lignes de chant plutôt de bon aloi. Rajoutons à ce concert de louanges que le son est vraiment excellent : puissant, clair, bien spacialisé. Ce n’est pas là le moindre mérite de l’album.

Pour résumer, Merging into lanscapes constitue une suite logique de Evershade mais avec une ambiance légèrement différente, plus introspective et sombre, couplée à quelques superbes réminiscences de l’époque With tragedies adorned. Cet album ne remuera encore une fois pas les foules, Yearning semble abonné à tort à un rôle de second couteau doomesque, mais on s’en fout : ça reste du grand art, l’essentiel est là, et tant pis pour ceux qui rateront encore une fois le train.

  1. prologue : nascentes morimur
  2. kaleidoscopic inscape
  3. sphere of disgust
  4. return
  5. datura stramonium
  6. october rain
  7. lethean waters
  8. merging into landscapes
  9. dead
  10. the dying morn
  11. epilogue : nemo ante mortem beatus
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Blackmoon says:

    Je comfirme, un vrai chef d’oeuvre cet opus…Musique reserve a un public averti et consciencieux. Le morceau Lethean Waters prend aux trippes direct…
    Je souhaite bien du succès à Juhani car il le mérite. Les gens, n’asseyez pas de pirater mais achetez ce CD…
    Alex (dijon)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *