Snowman – Absence

3 Commentaires      2 389
Style: OVNI mélodique et sombreAnnee de sortie: 2011Label: Dot Dash

On avait laissé (et découvert en même temps) les australiens de Snowman en 2008 avec un excellent album intitulé The Horse, the Rat and the Swan, OVNI improbable mais jouissif, qui mêlait sans complexe et avec réussite des éléments peu conciliables de prime abord pour aboutir à une espèce de post-punk mutante aux atours gothiques, entre agressions noise et envolées plus sombres et lyriques (ouais rien que ça). Encore une fois ils reviennent dans la discrétion qui les caractérise, ils reviennent et puis ils s’en vont d’ailleurs, puisque le groupe a jeté l’éponge en début d’année, juste après l’enregistrement de ce nouvel opus. Probable que l’éclatement géographique des membres du groupe (puisque certains se trouveraient en Islande, d’autres en Angleterre, tous bien loin de leur terre natale) y a été pour quelque chose, ainsi que l’absence de reconnaissance et de succès public (malgré un succès critique largement au rendez-vous).

Cette œuvre testamentaire s’avère une nouvelle réussite qui va faire regretter la disparition de ce groupe à part, celui-ci démontrant à nouveau un savoir-faire évident pour bâtir des ambiances bizarres, cette fois essentiellement mélodiques (écoutez donc ce «  » si simple et prenant à la fois), voire planantes, l’agression ayant été remisée au placard. On navigue donc en eaux troubles, entre sonorités sombres pour ne pas dire gothiques et bidouillages sonores et vocaux pas toujours éloignés d’un Animal Collective qui aurait pris des calmants (comme ce « Hyena » enthousiasmant mais non moins empreint de ce spleen qu’on connaît au groupe, renforcé ici par le piano/synthé et les accords de guitare secs et ponctuels).

Les vocaux sont cette fois à facette unique, en apparence naïfs, presque enfantin, parfois doublés par des chuchotements résonnants ou du chant lyrique discret, mais toujours avec cette intonation sombre qui réjouit et met mal à l’aise en même temps.

Soyons clairs, la musique de Snowman est particulière mais elle n’a jamais été aussi accessible car elle est d’abord mélodique et la plupart du temps juste magnifique (citons « White Wall » s’il ne fallait qu’un seul exemple) et même envoutante. Il y a un côté un peu rétro dans certaines sonorités synthétiques (parfois proches de celles d’un Genghis Tron), mais tout ici sonne pourtant éminemment moderne, sans exagération ou autre effet de manche qui ferait sombrer le tout dans le kitsch. Certains déploreront la disparition du côté fou et organique, punk, du précédent album, mais le groupe met cette fois en avant sa facette mélodique et plus synthétique, ainsi que sa capacité à construire et installer de superbes ambiances, et on les suit bien volontiers tant le voyage s’avère dépaysant et riche.

Pas sûr que cette chronique vous permette de bien cerner à quoi vous aurez affaire en écoutant Absence, mais s’il y a un message à retenir c’est qu’il faut absolument écouter Absence, une oeuvre à part (et l’un des albums de l’année accessoirement) d’un groupe décidément à part et que l’on aura bien du mal à remplacer.

Tracklist :

1.Snakes & Ladders
2.Hyena
3.White Wall
4.Séance
5.
6.Memory Lost
7.A Vanishing Act
8.Absence


krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 941 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. Ennoia says:

    Effectivement très intrigant au niveau des ambiances! Ça ne va pas sans rappeler les Residents dans ces petits chants enfantins, entêtants et complétement possédés. Merci!

  2. Pluton says:

    Très bon, en effet. Je trouve qu’il y a une grosse influence Dead Can Dance sur ce morceau. La voix, l’ambiance générale me rappelle « Mesmerism »: http://www.youtube.com/watch?v=7eehMhx5VSI

  3. Dun23 says:

    Là, juste un mot: Merci pour la découverte! J’accroche direct! Excellent cet engin!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *