Vredehammer – Violator

2 Commentaires      2 543
Style: Blackened Death MetalAnnee de sortie: 2016Label: Indie Recordings

Le défouloir de l’année s’appelle Violator, et est signé des norvégiens de Vredehammer. Le groupe formé en 2009 livre cette année son 2ème album longue durée (le premier sorti en 2014 avait été chroniqué par notre collègue Darkantisthène), un album assez irrésistible pour qui entend trouver un défouloir de qualité conjuguant violence, efficacité et mélodie.

Simple d’approche, le style du groupe pourrait se décrire comme du death/black moderne. Par rapport au premier album, le groupe a légèrement changé d’approche, Violator est plus direct avec des titres plus courts et dépouillé des fioritures (de qualité) qu’on retrouvait sur le premier. Ce qui frappe en effet c’est clairement l’efficacité et le côté « rouleau compresseur » inarrêtable des 7 compositions. Pas le temps de s’arrêter 3 minutes pour faire dans l’atmosphérique mes couilles, ici les quelques ralentissements sont là pour accentuer la pression et la violence : comme sur « Cyclone » et ses quelques secondes atmosphériques qui cèdent rapidement la place et débouchent sur le final fabuleux du morceau, l’un des meilleurs de l’album. Droit au but pourrait être leur crédo mais malgré l’apparente bestialité bas du front, je parlais de mélodie et ce n’est pas exagéré car on retrouve toujours de-ci de-là la petite mélodie qui tue et vient parachever le travail réalisé par les riffs de boucher. On n’est pas norvégiens pour rien chez Vredehammer, et on compte bien le prouver, comme sur « Blodhevn » qui contient des traces de metal noir, voire même de pagan et qui conclut en beauté un album imparable. Avant cela on se sera enfilé l’excellent « Ursus » qui rappelle presque Amon Amarth et ses parties mid tempo bienvenues après la doublette « pan dans la gueule » « Violator/Deadfall ».

Per Valla, tête pensante du groupe (il est aussi à la tête de l’autre groupe norvégien Allfader dont nous avions chroniqué il y a quelques années l’excellent deuxième album), a une voix qui rappelle fortement celle de Randy Blythe de Lamb of God, et qui se marie parfaitement à la musique du groupe.

Inutile d’en faire des tartines, Violator est le parfait défouloir, bourrin mais subtile à sa manière, d’une efficacité absolue : 33 minutes de metal roboratif pied au plancher.

Tracklist :
01. Light the Fucking Sky
02. Spawn Tyrant
03. Violator
04. Deadfall
05. Ursus
06. Cyclone
07. Blodhevn

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1021 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. Kane says:

    Au début, on se dit que 7 titres c’est pas beaucoup. Et puis, à la fin on se dit que c’est le format parfait. En 33 minutes, aucune lassitude ne pointe, on est en face d’une bombe d’album extrêmement bien équilibré. Le groupe évolue dans un crossover de styles (Black, death, thrash, voire quelques réminiscences de Machine Head période « Burn My Eyes ») qui pourrait être indigeste mais qui passe très bien.

    Décidément la Norvège est un vivier quasi inépuisable de groupe talentueux…

  2. Angrom Angrom says:

    Wow ! Sont pas là pour vendre des cravates… Ca a l’air d’être de la belle ouvrage, agressif et mélodique… Merci pour la découverte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *