Sundrowned – Become Ethereal

Pas de commentaires      132
Style: blackgazeAnnee de sortie: 2021Label: Fysisk Format

Le post-black metal ou blackgaze n’est pas votre came ? Vous pouvez déjà quitter cette chronique car Sundrowned saute à pieds joints dans une marmite pleine de post rock, shoegaze et black metal, empruntant les harmonies oniriques d’un Alcest, les multi-couches de guitares mixées avec le synthé à la manière de Møl et les vocaux plutôt agressifs des premiers Deafheaven (d’ailleurs on notera la proximité de leur patronyme avec Sunbather dudit groupe) voire de Rosetta (pour le côté déclamé, plutôt syllabique). Bref, on est là dans tout ce que détestent les fans de true black metal !

Les norvégiens nous installent directement dans un douillet cocon à l’ambiance céleste mais mélancolique. « Babel » donne bien le ton entre ses mélodies de guitare très planantes contrastant les cris rugueux mais désenchantés du vocaliste. Une entame aux nuances douces-amères entre blasts et harmonies caressant dans le sens du poil.

A l’image de sa cover au ciel nuageux mais laissant apparaître le soleil, le bien nommé Become Ethereal met en marche son pouvoir d’élévation au travers de murs de sons vaporeux mais éclairés de zones lumineuses perçant souvent le voile (« A Scent Of Glimmer », « Monarch »).

Sauf que la recette finit par un peu lasser sur la longueur, la seconde partie de Become Ethereal installant une monotonie avec ses paysages oniriques fonctionnant trop bien puisque l’on finira par presque piquer du nez. Malgré le feeling de pureté (éthérée, comme promis dans son titre) dégagé par cet album, on sent que les norvégiens ont choisi un concept atteignant rapidement ses limites en terme de relief et de surprise. On touche souvent du doigt l’extase au détour de subtiles notes de guitares post-rock mais on en vient à attendre une explosion, sauf qu’on en restera qu’à des étincelles pour l’instant. Pourtant touchant par ses mélodies mélancoliques, il manque un petit truc pour nous embarquer complètement (sur la seconde partie de l’album car le début est tout de même très prenant). Bien qu’un peu décevant sur la longueur, on tient là une découverte intéressante pour les amateurs de Møl ou An Autumn For Crippled Children.

  1. Babel
  2. A Scent Of Glimmer
  3. Ethereal
  4. La Tristesse Durera Toujours
  5. The Eternal
  6. Ruins
  7. Monarch
  8. O Dom Da Fé

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *