Veilburner – The Obscene Rite

Pas de commentaires      1 422
Style: dissonant & experimental black/death metalAnnee de sortie: 2016Label: autoproduction

Je vous avais parlé de Veilburner lors de ma découverte du groupe il y a deux ans de ça avec The Three Lightbearers, prometteur premier album d’un black/death metal expérimental ultra chaotique. Le duo Mephisto Deleterio/Chrisum Infernium a ensuite poursuivi l’an dernier avec Noumenon avant de revenir cette année avec le troisième (et dernier) chapitre de leur trilogie conceptuelle, The Obscene Rite. Vous pouvez lire le descriptif thématique sur leur page Bandcamp, il est en tous cas tout aussi complexe que la musique du groupe !

The Obscene Rite est une monstruosité de metal extrême, très difficilement classable vu qu’on y retrouve derrière ses apparats black/death metal de nombreuses séquences progressives et même un peu d’indus (et encore tout plein d’autres choses). Toujours dans cette optique dissonante faite de voix démoniaques distordues, Veilburner évoque un Ulcerate qui serait parti faire un petit séjour en enfer.

Si elle est majoritairement complexe, la musique de Veilburner se pare pourtant parfois de passages plus compréhensibles, le mélodique « Necroquantum Plague Asylum » étant l’un des points d’orgue de cette facette plus digeste. Mais il ne s’agit là que d’un rare moment où votre attention est guidée sans trop d’accrocs (même s’il y en demeure pas mal !), car le reste de l’album poursuit dans le déversement de brutalité technique immergée dans une atmosphère mêlant psychédélisme et toucher jazzy (« Eucharist Of The Breathing Abyss »). On ressent le goût certain des deux gars pour l’expérimentation, ouvrant leur musique pourtant si oppressante à de perpétuelles surprises stylistiques: de l’interlude à l’ambiance plus sereine « Masquerade Macabre » au morbido-effrayant « Baphometic Catalyst », il n’y a qu’un pas et l’on reste dans le domaine de la fascination, un peu circonspect pendant les premières écoutes (« Dilemma Manifestation » et sa première partie façon Lurker Of Chalice sci-fi enchainant plus tard avec de la guitare acoustique (!?) et plein d’autres choses pour finalement accoucher du titre le plus épique de cet album).

Des choix qui paraissent incongrus, voire dérangeants de prime abord mais auxquels on adhère petit à petit. Que ce soit par leur thématique ou par leur musique, Veilburner se montre très ambitieux. Sa personnalité est multiple, sa folie palpable et sa violence juste monstrueuse, pour au final un album unique en son genre qui devrait ravir les aficionados d’extrémisme musical, de tiroirs et de fessées surprises à chaque coin de riffs. Une trilogie qui se referme brillamment, laissant place à un bel avenir pour ce duo de stakhanovistes de la torture sonore.

  1. Postmortem Exodius
  2. Necroquantum Plague Asylum
  3. Vaterchen
  4. Eucharist Of The Breathing Abyss
  5. Masquerade Macabre
  6. Baphometic Catalyst
  7. Dilemma Manifestation
  8. In The Revelations Of Bloodstained Void
  9. Phainops

Bandcamp

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *