Odal – On Old Paths

1 Commentaire      2 509
Style: Black MetalAnnee de sortie: 2007Label: Klaxon Records

Né sur les cendres encore fumantes d’Aske, c’est Taaken, déjà le chanteur du combo d’alors qui partira en 1998 créer Odal, une puissante rune nécessaire à l’élaboration des sorts noirs du démiurge allemand. On Old Paths est la compilation des premiers méfaits du groupe, compilation parue en 2007 chez Klaxon Rec, le label du batteur de Bone Awl.
Sur la galette, ce sont les trois premiers exocets du groupe que l’on retrouve à savoir la première démo de 2001 Germansk, l’EP qui a suivi la même année : Traitor ainsi que l’autre EP paru, lui, en 2002 Fimbul Winter. Au total ce sont 8 morceaux représentatifs du son des allemands qui viennent déverser leurs décibels harsch et saturés dans vos enceintes. Tout de suite l’empreinte qui s’imprime dans nos feuilles, c’est bien sûr celle du son de la froide Norvège du début des années 90, Darkthrone en tête.


 

Dès l’introductif monument qu’est « Possessed » on retrouve le fer et la hargne des bourrasques glaciales qui fouettent le visage de leurs mailles drues au tissu corrosif de rythmiques acerbes, la patte crue est arborée fièrement, comme parfois l’habit fait la fonction, tandis que le cœur du morceau distille derrière ses riffs aux motifs primitifs une mélodie aux accents d’absolutisme guerrier grisante, tout est dans le saignant avec cette raideur de marche triomphale à la verve païenne. Aux commandes Taaken comme par atavisme se réapproprie les gènes d’Aske pour imprimer son chant abstrus de circonstance, le shriek est fielleux et carnassier. Cette introduction laisse augurer d’une suite à niveau sur les autres morceaux et ce sera le cas. Entre les samples aux découpages grossiers qui ne dépareillent pas dans cet ensemble à la rudesse minérale, les riffs s’enchaînent comme des silex taillés à même le granit, les blast fusillent, il n’y a pas maldonne Odal n’est pas là pour faire des concessions ; ça suinte le black de la grande époque, viscéral, au minimalisme triomphant et à l’acidité grandiose.

Épique et furieuse, voilà une compilation qui fait revivre les débuts d’Odal de la plus belle des façons. Guerrier, froid, raw et imperturbable le groupe trace son chemin dans la neige pure et le sillage des légendes du Nord qui ont donné au souffle du black son parfum sulfureux d’irrévérence fière et assumée.

 

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. darkantisthene says:

    groupe hautement recommandable dès que le soleil se fait trop chaleureux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.