Bible Black Tyrant – Encased In Iron

Pas de commentaires      3 244
Style: sludge/doomAnnee de sortie: 2020Label: Argonauta Records

Envie de sludge/doom qui donne des sueurs froides tout en parvenant à être atmosphérique et épique ? Bible Black Tyrant pourrait bien vous satisfaire. Monté il y a trois ans à peine, le groupe en est déjà à sa seconde livraison suite à Regret Beyond Death (2018). Sauf qu’il y a eu du changement depuis, le trio est devenu duo suite au départ du guitariste/chanteur David Stephen Fylstra. L’expérimenté Aaron Edge (Lumbar, Ramprassad, ex-Himsa, ex-Harkonen entre autres) s’occupe désormais de toutes les cordes (vocales y compris), toujours accompagné du batteur d’Eagle Twin Tyler Smith.

Le duo n’est donc pas composé d’enfants de chœur et leur doom/sludge est forcément sale et malfaisant. Ces cinq nouveaux titres sont crus, composés essentiellement de riffs pachydermiques baignés dans l’acide et traînant au sol dans une optique noisy. La voix d’Edge, tantôt arrachée et toujours glaçante (aux agréables relents de Thou), se voit coulée dans le même plomb, créant une alchimie sonique destructrice (« Valorous » en étant l’illustration parfaite).

Bible Black Tyrant sait aussi surprendre malgré un format compact comme sur « Panic Inducer », titre abominable où la lenteur écrasante est accompagnée d’effets drone pour parfaire l’aspect hanté installé par les deux gaillards. Tout en conservant ce climat hostile, « Infinite Stages Of Grief » viendra ajouter un peu de mélodie (toutes proportions gardées) à ce titre à l’hypnotique basse ferrailleuse (qui justifie le titre de l’album). Enfin « Sickening Thrum » conclura ce cauchemar d’album avec une déflagration ultra torturée et aussi agressive que ce qui a précédé, les instruments paraissant aussi maltraités que cette voix (pauvres cordes vocales !).

Encased In Iron est un album rampant, vénéneux, au climat ultra délétère. Celui-ci se distille chez l’auditeur ayant l’impression d’assister à une bande son de film d’horreur de série Z en mode bien cradingue. Bref, de l’oppression, du gras et des cris inhumains, de quoi réjouir les amateurs de doom/sludge en mode « je suis venu ici pour souffrir OK!? ».

  1. A Snowflake Of Death’s Denial
  2. Valorous
  3. Panic Inducer
  4. Infinite Stages Of Grief
  5. Sickening Thrum

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *