Machine Girl – U-Void Synthesizer

Pas de commentaires      1 402
Style: digital hardcore barréAnnee de sortie: 2020Label: Autoproduction

Machine Girl fait son retour deux ans après The Ugly Art, le duo formé par Matthew Stephenson (production, voix) et Sean Kelly (batterie, même si l’essentiel des rythmiques seront assurées par des boites à rythme il interviendra à multiples reprises) revient avec un album iconoclaste, mix personnel de punk/metal (parfois carrément grind) et d’electro (sous quasiment toutes ses formes) pour un résultat détonnant pour mieux faire imploser vos fragiles boites crâniennes.

Car U-Void Synthetizer est une plongée brutale dans un chaos futuriste qui laissera des traces. L’énergie ne quitte jamais ces onze titres très variés. On est d’abord cueilli à froid avec l’incroyable « The Fortress (The Blood Inside…) », démarrant par du grind/death electro taré avant d’ajouter de la mélodie vocale accrocheuse (qui m’évoque autant Down I Go que Mindless Self Indulgence), la machine s’emballe déjà en multipliant les plans (totalement breakcore sur la fin). Et ce n’est alors que le début.

Les titres suivants poursuivent dans la violence blindée de dissonances, de breaks hallucinés et surtout d’une créativité à toute épreuve. Un peu déroutant de prime abord, U-Void Synthetizer mixe les envies de son géniteur entre agressivité vocale (les growls de l’intro de « On Coming », l’énorme « Splatter! » ou l’hallucinant « Fully In It » qui remporte sûrement la palme de la violence), les énormes basses de l’intro « Fortress Destroyer » (qui contient encore ces harmonies vocales à la Down I Go) devenant ensuite du breakcore taré (pour ensuite mieux revenir à l’ambiance initiale tant qu’à faire) ou l’aspect robotique plus mesuré de « Scroll Of Sorrow ». Bref, chaque titre passe, diffère totalement du précédent et subjugue tant le bordel est maîtrisé.

Un album qui n’y va pas avec le dos de la cuillère et qui trouvera sa place autant chez le/la fan d’electro vénère que celui/celle de grindcore. Machine Girl s’affirme tel une actualisation, aussi brutale que dérangée, d’Atari Teenage Riot. Partagez donc ce virus, il est inoffensif pour votre immunité, par contre votre santé mentale risque d’en prendre un coup…

  1. The Fortress (The Blood Inside…)
  2. Blood Magic
  3. On Coming
  4. Fortress Destroyer
  5. Scroll Of Sorrow
  6. Splatter!
  7. Kill All Borders [2020 Worldwide Fucker]
  8. Devil Speak
  9. Fully In It
  10. Suck Shit
  11. Batsu Forever

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *