Fátima – Turkish Delights

Pas de commentaires      949
Style: Doomy grunge OrientalisantAnnee de sortie: 2020Label: MusikOEye / Season of Mist

Non il ne sera pas ici question de recette de loukoums, mais du deuxième album des français de Fátima, Turkish Delights, à la fascinante pochette si délicieusement kitsh. On ne parlera donc pas de gastronomie turque, mais il sera en revanche difficile d’éviter les mots « Nirvana » ou « Kurt Cobain » dans cette chronique… Non pas que Fátima se la joue cover band de Nirvana, mais simplement parce qu’il est rigoureusement impossible de ne pas penser à Kurt Cobain en entendant le timbre de voix d’Antoine.

Pourtant, alors que j’adore le chant de Cobain (ce n’est d’ailleurs pas si fréquent d’entendre un chanteur user du même registre), j’ai aux premières écoutes eu un peu de mal à me faire à ce chant à la limite de la fausseté pour finir par être tout à fait convaincu après quelques écoutes supplémentaires. Difficile maintenant d’imaginer une autre voix que la sienne pour se poser sur les compos rock/grunge de Fátima. Un rock/grunge, qui alterne les riffs nirvaniens et les passages plus sabbathiens (on croirait presque entendre du « Planet Caravan » sur le démarrage de « Gooey Syrup » qui sent bien la fumée), avec quelques incursions doom qui viennent simplement ajouter une pesanteur de bon aloi sans jamais tomber dans le doom pur et dur (et donc chiantissime), comme sur le final de l’excellent « Toy Poodle ». Pesanteur qu’on ressent d’ailleurs bien également dans les riffs assez massifs du groupe (rien que dans le riff d’ouverture de l’album sur « Charly Chang »). Une double influence assez inédite et vraiment bien assimilée par les 3 français avec en prime leur touche personnelle…

Car la petite touche en plus du groupe, la Fátima’s touch en somme, c’est cette délicieuse influence orientale qui vient se mêler à leur musique. Et attention on parle bien d’influences orientales bien installées sur la quasi totalité des titres, et pas que dans les intro/outro de morceaux (même s’il y a bien l’outro de « Gooey Sirup » ou la flûte introductive de « Peter Pan Tights »). Meilleur exemple avec le superbe « Rub the Lamp » sur lequel on croirait vraiment entendre Kurt chanter sur une superbe mélodie de guitare évoquant l’orient.

Time flies when you’re having fun… Et diantre que ces 34 minutes passent vite aux côtés des 3 français et de leurs 8 compositions remarquables melting pot d’influences qui fonctionnent à merveille. Un vrai coup de cœur!!

A noter que le label du groupe MusikOeye propose d’acheter l’album en cd pour 12€ port compris, et d’offrir pour les 100 premières commandes le premier album du groupe (Moaner) en version inédite et exclusive avec un nouvel artwork (moins beau que l’original à mon avis mais c’est un détail) et deux titres inédits. Et vous savez quoi ? Ce premier album était déjà très bon, avec quelques fulgurances du niveau de ce nouvel album (« Fakir » notamment, qui est d’ores et déjà un de mes morceaux favoris du groupe, et qui préfigure déjà grandement l’accentuation des influences orientales dans la musique des français). Pour avoir profité de cette initiative il y a quelques semaines, je peux témoigner qu’il reste semble-t-il encore des exemplaires de ce nouveau pressage du premier album. Une initiative assez énorme : 12€ port compris au final pour 2 super albums, il faudrait être fou pour ne pas se ruer dessus…

Tracklist :
01 – Charly Chang
02 – Saliva Bath
03 – Toy Poodle
04 – Concubines of Salem
05 – Gooey Syrup
06 – Peter Pan Tights
07 – Rub the Lamp
08 – Hyena

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 940 articles sur Eklektik.

Up Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *