Computers Kill People – Destruction Derby

Pas de commentaires      144
Style: stoner rockAnnee de sortie: 2020Label: Kernel Panic Records

Quartet parisien officiant dans un gros rock allant du côté stoner de la force, Computers Kill People est actif depuis dix ans et marque avec cet EP un changement de line-up: Karin étant arrivée au poste de bassiste à la place de Tony (les sessions d’enregistrement ayant été faites avant ce changement de poste, on ne retrouvera la nouvelle arrivée que sur un titre).

Ce quatre-titre démarre par « Doormat », ouverture énergique à la bonne humeur communicative et au refrain tout de suite entêtant, bref de quoi faire partir cet EP sur de très bons rails ! « Dirty Habits » poursuit avec un le second chanteur derrière le micro et une énergie toujours aussi fédératrice, cependant ce titre possédant quelques agréables réminiscences de Queens Of The Stone Age se montre plus aventureux avec des parties mid-tempo et des soli très bien foutus.

« Nameless Mother » voit ensuite la participation d’une invitée: Medina Rekic (Slicky Nerves) pour un titre incisif, là aussi particulièrement entraînant. L’histoire de cette collaboration est assez spéciale puisque cette chanteuse officiait auparavant dans le groupe autrichien White Miles, qui faisait la première partie d’Eagles Of Death Metal le 13 novembre 2015 pendant ce tristement fameux concert au Bataclan. Loïc, le chanteur/guitariste de Computers Kill People se trouvait alors dans la salle. Tous deux s’en sont sortis et se sont liés d’amitié par la suite, ce qui a donné ce titre et des concerts ensemble. Bref, un titre qui prend une autre dimension quand on connaît l’histoire… Enfin, « Weight Of Your Love » conclue cet EP de manière très musclée avec un riffing groovy. Un titre tout aussi efficace que les précédents.

Bref, un réjouissant nouvel EP affichant groove et bonne humeur dans une formule pas inédite mais qui fonctionne, que demander de plus ?*

* plus de morceaux !

  1. Doormat
  2. Dirty Habits
  3. Nameless Mother
  4. Weight Of Your Love

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *