Latest Content

Eternal Sleep – Desperate Prayer Blues

Mais quelle idée de sortir son album entre Noël et le jour de l’an ! Eternal Sleep est pourtant coutumier du fait puisque leur dernière sortie en date (le deux-titres There Above b/w Against A Wall) a vu le jour il y a pile poil un an ! A croire que le groupe de Pittsburg cherche à se rendre le plus invisible possible ? Ce serait pourtant bien dommage de passer à côté d’eux !

Barabbas – La Mort Appelle Tous Les Vivants

Mine de rien, cela faisait déjà huit ans que le Saint Riff rédempteur n’avait plus retenti ! On ne sait pas si Saint Rodolphe et ses quatre comparses étaient partis en pèlerinage ou en retraite dans un monastère, quoiqu’il en soit, Barabbas est bel et bien de retour avec La Mort Appelle Tous Les Vivants, son second album au titre bien occulte.

Elder – Innate Passage

Fort d’une belle réputation acquise avec des albums renouvelant tout ce que vous pouvez attendre du stoner/doom (Lore ou Reflections of a Floating World pour ne citer qu’eux), un nouvel album d’Elder est toujours un petit évènement. Innate Passage est le sixième album du groupe mené par Nick DiSalvo (qui s’est amusé l’an dernier en sortant Eldovar, un album collaboratif avec leurs potes Kadavar), nouvelle proposition de voyage des sens.

Howard – Event Horizon

Obstacle, le premier long-format d’Howard, semble avoir un titre prémonitoire. Sorti en 2020 alors qu’une certaine pandémie battait son plein, privant même le groupe parisien d’une tournée en compagnie de Kadavar, le trio n’a pas abdiqué, au contraire, et revient revanchard avec ce Event Horizon.

Blackbird Hill – Embers In The Dark

Duo bordelais composé de Théo Jude (batterie) et de Maxime Conan (guitare), assurant tous deux le chant, Blackbird Hill n’a pas trop eu le temps de défendre son album précédent Razzle Dazzle, ce dernier étant sorti début 2020 alors qu’une certaine pandémie démarrait… C’est donc avec un esprit revanchard que les deux compères font leur retour avec Embers In The Dark.

My Diligence – The Matter, Form and Power

Allez savoir pourquoi une fois encore il m’a fallu revenir sur cet album après plusieurs semaines pour que la magie opère enfin, après une première écoute qui m’avait laissé de marbre. Certainement un mauvais timing, car cette fois encore quand la magie a opéré, il a fallu se rendre à l’évidence : les bruxellois de My Diligence signent ici une suite peut-être encore plus réussie que leur précédent album qui avait déjà bien secoué le top annuel 2019, l’excellent Sun Rose. Et depuis le déclic l’album a tourné en boucle tout l’été et ça semble bien parti pour continuer!

My Sleeping Karma – Atma

Calé à ses débuts au rythme soutenu d’un album tous les deux ans, My Sleeping Karma a quelque peu baissé le pied suite à sa signature chez l’autrichien Napalm Records. En effet, suite à Moksha (2015), le groupe allemand n’a sorti qu’un live (Mela Ananda – 2017) avant de se faire attendre cinq longues années pour sortir Atma. Le quartet ayant apparemment connu des problèmes personnels durant ce laps de temps, ce nouvel album (célébrant les vingt ans du groupe) sonne donc plus sombre qu’à l’accoutumée et prend même des allures de catharsis pour ses membres.

Puppy – Pure Evil

Rien qu’en lisant l’énoncé de cette chronique, on notera le décalage entre le nom du groupe tout mignon et le titre Pure Evil évoquant un album de black metal sans inspiration. Le groupe londonien aime en effet faire le grand écart, et ce nouvel album pioche tranquillement dans différents styles pour un bain frais et nostalgique.

Sabotør – Skyggekæmper

Sabotør, c’est un trio danois un peu perché, jouant parfois avec des masques de robots (un peu comme une version alternative d’Imperial Triumphant et des musiciens de Ghost) ou encore avec leur chanteur grimé en magicien (tandis que ses comparses apparaissent à moitié à poil, cf. le premier clip ci-dessous), non avare en fuzz et en déconne. Skyggekæmper, leur premier album, se révèle comme une réjouissante découverte pour peu que vous soyez ouverts aux ambiances rétro et théâtrales.
Amusant et bizarre à la fois, les danois nous accueillent sur les notes de « Robot », ouverture inquiétante dans un premier temps [...]

Mudweiser – The Call

Après quatre ans de silence studio, Mudweiser fait son retour. Un retour aux sources même puisque The Call signe le retour de Saïd Merki (guitare) après quelques années d’absence. L’occasion pour la bande à Reuno (pourtant toujours très occupé par les incessantes tournées de Lofofora) de revenir à leurs fondamentaux: du stoner aux accents parfois bluesy, parfois plus heavy, encore un bien bon moment de rock’n roll !