Eyelet – The Devil Shining Out Your Eyes

Pas de commentaires      151
Style: dark screamoAnnee de sortie: 2021Label: Zegema Beach Records/i.corrupt Records/The Ghost Is Clear Records

Connu par les amateurs de screamo aussi acéré que désespéré, Eyelet est un groupe du Maryland s’étant petit à petit fait un nom dans cette scène. Ayant côtoyé Gillian Carter, Kid,Feral ou encore Terry Green sur des splits, le trio a aussi sorti plusieurs EP et un premier album (Nervewrecker – 2015) avant celui-ci. The Devil Shining Out Your Eyes interpelle déjà par sa cover horrifique, semblant comme un mix de Begotten (dont des extraits illustrent le clip de « Death Pierce Me » de Silencer) et des Yeux Sans Visage de Georges Franju. Une optique ultra sombre qui a par ailleurs aussi contaminé le son d’Eyelet.

Si le screamo du trio était déjà très véhément à l’accoutumée, ce dernier se voit ici enrichi d’une lourdeur inédite, renouvelant totalement leur optique sonore du côté du sludge. Si les attaques vocales criées évoquent de nombreuses émotions et états entre dépression, mélancolie mais aussi folie et horreur (en référence à ce saisissant artwork), la basse fait ressortir leur poids de manière beaucoup plus imposante que tout ce qu’ils avaient produit jusqu’alors.

Ce n’est pas pour autant qu’Eyelet a laissé de côté ses qualités mélodiques et la finesse de certaines parties de guitare (comme pendant « When I Am Turned To Stone » où l’on divague en retenue sur la seconde partie du morceau). Simplement l’habillage général plus épais a pour rendu que même dans ces phases lumineuses où les mélodies irradient l’espace, c’est bien la noirceur qui l’emporte. Un énorme pas en avant de la part de ce groupe méconnu, livrant un screamo aussi intense qu’aventureux. Une future référence ?

  1. Sap
  2. The Devil Shining Out Your Eyes
  3. See How You Writhe
  4. Unborn
  5. When I Am Turned To Stone
  6. Thick Water
  7. Inevitability
  8. The Erosion Of Everything
  9. Succession Of The Asphodels
  10. Adrift

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *